TF1, la chaîne d'Etat

Retranscription d’un article trouvé dans une revue belge début 2007
Les amis de Sarkozy aux plus hauts postes de la première télé française


Tour TF1

Le siège de TF1, à Boulogne-Billancourt


A lire

«Madame, Monsieur, Bonsoir... Les dessous du premier JT de France»,
Patrick Le Bel, Éd. Panama, 17 €, ISBN 978-2755703276.

27
janvier 2008
Retour


Notes

  1. Témoin du second mariage de Nicolas Sarkozy et parrain de son fils Louis.
  2. Un exemple de la déontologie du journalisme selon PPDA.
    À noter que France 2 n'est pas en manque de désinformation avec David Pujadas.

Commentaires • Comments

Tous ces propos sont-ils vrais? Il se peut qu'une fausse interprétation induise tout le monde en erreur. Je trouve surtout choquant la désignation d'un personnage politique à un poste alors que des techniciens beaucoup plus compétents sont présents. C'est ce qui fait que la qualité des services régresse. Mais l'indépendance des médias est également très importante. Ce sont les médias qui transmettent l'information. S'ils ne sont pas indépendants, les politiciens joueront avec les informations, au détriment de nous citoyens.

Ouh là, on ressort de vieux dossiers

Je ne peux pas affirmer que tous ces propos soient véridiques à 100%, je n'y étais pas. Mais je ne serais pas étonné que ce soit le cas.
La presse de nos jours, au mieux, nous informe de ce qu'elle veut bien, au pire, elle est téléguidée. J'ignore si c'est le cas en France, mais en Belgique (du moins dans la partie francophone), les rédacteurs en chef et les journalistes sont clairement étiquetés, et souvent à gauche. Et ils ne s'en cachent même pas. Quant à la télévision publique, elle est sous tutelle politique.
A partir de ces éléments, croire en une presse indépendante est plus que de la naïveté... Et comme vous le dites, ce n'est certainement pas à notre bénéfice.

Pour aller un peu plus loin sur le sujet, je tombe à l'instant sur un article annonçant qu'une intercommunale (TECTEO) va racheter un groupe de presse (L'Avenir). Cette intercommunale gère, entre autres, un fournisseur d'accès Internet (VOO) et la distribution d'électricité. Et en Belgique, les intercommunales sont gérées par des politiciens non-élus et dont le financement reste secret d’État.
De telles pratiques ne sont plus fort éloignées des traditions dictatoriales.

L'article en question.


2000