Oostende I

Ville la plus anglaise du pays, elle voit défiler toutes les nationalités. Célèbre pour son casino, son hippodrome et ses plages, elle est l’une de plus agréables cités balnéaires.
Elle était aussi particulièrement appréciée de Léopold II, qui la transformera en cité cosmopolite au début du XXe siècle.

Blason d'Ostende

Les armes de la ville d'Ostende

Pourtant rien ne destinait ce paisible village maritime à ce qu’elle est aujourd’hui.
La ville doit son nom (Oost signifie « est » en néerlandais ; ende est une ancienne forme de einde, extrémité, fin) à sa localisation sur une ancienne île (Terstreep) aujourd’hui disparue.
À l'autre extrémité, on trouve Westende (ouest). Entre les deux villages, il y a Middelkerke (middel signifie « milieu » et kerk signifie « église », soit « église au milieu » des deux villages).

Je vous propose ce petit guide à ma façon.

Oostende I

Bienvenue à Ostende. Le paysage habituel de la côte belge sur la Koningin Astridlaan.

Oostende I

Juste en face, l’hippodrome Wellington. Ouvert en 1883, la plupart des bâtiments actuels datent de la période 1947-1962. L’ensemble du site est classé.

Oostende I

L’entrée principale.

Oostende I

Bien que classé, l’ensemble est plutôt défraichi.

Oostende I

 

Oostende I

Juste derrière, la tribune réservée aux hôtes d’honneur (supposition).

Oostende I

Sur la plage, l’impeccable alignement des cabines.

Oostende I

Palais des Thermes, transformé en hôtel de luxe.

Oostende I

Après les anciens thermes, la Villa Royale et la digue ostendaise, dominée par l’Europacentrum, plus haut (et moche) bâtiment de la côte belge (100 mètres de haut).

Oostende I

Et pour finir ce tour d’horizon, le casino.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

Les anciens thermes, conçus par l’architecte Daniels en 1933, sur la volonté de Léopold II.

Oostende I

Fermés dans les années 80 pour cause de vétusté, ils ont failli être démolis. La reconvention du bâtiment en hôtel en aura finalement décidé autrement.

Oostende I

La galerie royale, construite en 1902, sera complétée plus tard par les thermes.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

La villa royale, reconstruite en 1953 après les dégâts causés par la seconde guerre mondiale, sera rendue à la vie civile en 2004.

Oostende I

La digue de Middelkerke vue depuis Ostende.

Oostende I

 

Oostende I

Statue équestre de Léopold II, surnommé le roi-bâtisseur.

Oostende I

 

Oostende I

Autre galerie couverte, cette fois devant la villa royale.

Oostende I

 

Oostende I

La galerie royale dans son intégralité. Elle longe la plage sur 380 mètres.

Oostende I

Monogramme de Léopold II, apposé sur les bâtiments dont il est à l’origine.

Oostende I

Moins solennelle que celle de son ancêtre, la statue de Baudouin. En simple citoyen.

Oostende I

Les villas Yvonne et Simone, rescapées de la Belle Epoque.

Oostende I

Autre survivante, coincée entre deux bunkers.

Oostende I

 

Oostende I

La folie destructrice semble moins prononcée à Ostende qu’ailleurs.

Oostende I

Le casino d’Ostende. Ouvert en 1878, il est le plus grand de Belgique.

Oostende I

Ravagé par la seconde guerre mondiale, il est entièrement reconstruit en 1953.

Oostende I

La façade très « stalinienne » du casino.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

Le Musée des Beaux-Arts, reconstruit après la dernière guerre, sur la Wapenplein. Le beffroi abrite un carillon.

Oostende I

De l’ancienne église Saint-Pierre, il ne reste que ce clocher du XV-XVIe siècle. Le reste de l’édifice sera détruit par un incendie en 1896.

Oostende I

Gros plan sur les étages supérieurs.

Oostende I

Juste à côté, on édifiera une nouvelle église, dédiée aux Saints-Pierre-et-Paul. A son extrémité, le mausolée de Louise-Marie, première reine des Belges.

Oostende I

 

Oostende I

Monument à l'honneur du couple royal Albert et Elisabeth.

Oostende I

L’église principale d’Ostende est un parfait résumé de l’architecture néogothique, en vogue à la fin du XIXe siècle.

Oostende I

Construite entre 1899 et 1905, elle a les allures d’une cathédrale. Voulue par Léopold II et conçue par le brugeois Louis Delacenserie, à qui l'on doit également la Gare Centrale d'Anvers.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

Maintenant, direction les quais.

Oostende I

Le marché aux poissons, à l’entrée du port de plaisance.

Oostende I

La gare d'Ostende, anciennement connue sous le nom d'Oostend-Kaai. Elle permettait la liaison maritime directe avec l'Angleterre.

Oostende I

Le site de l’ancienne gare d’Oostende-Stad, démolie en 1956 et remplacée par un supermarché. Les deux gares n’étaient distantes que de quelques centaines de mètres.

Oostende I

Comme souvent à la côte belge, les anciens monuments ont du mal à résister à la démolition. Ici, le collège Notre-Dame.

Oostende I

Le Mercator, nommé en l’honneur du célèbre géographe Gérard Mercator (1512-1594).

Oostende I

Trois-mâts construits en 1932, il servira de navire-école jusqu’en 1961. Durant, sa carrière, il naviguera tout autour du monde.

Oostende I

Depuis sa mise hors service, il est visité chaque année par près de 130 000 personnes.

Oostende I

Bruxellisation à Ostende. On tente de camoufler un avorton de béton par une façade ancienne.

Oostende I

L’école militaire navale belgo-néerlandaise.

Oostende I

Le parc Maria-Hendrik, le plus grand de la ville et paradis des oiseaux.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

Le nouveau château d’eau, construit en 1963...

Oostende I

... et son prédécesseur.

Oostende I

 

Oostende I

Haut de 71 mètres, il aurait dû inclure un restaurant à son sommet. Projet avorté.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

L’unique vestige de l’ancienne gare d’Oostende-Stad, le château d’eau construit en 1900. Inutilisé depuis la mise en service du nouveau château d’eau.

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

Une des cariatides de l’ancienne villa Doris, détruite pendant la seconde guerre mondiale.

Oostende I

La devise nationale, mise à mal depuis trop longtemps.

Oostende I

On quitte le parc et on revient en ville.

Oostende I

L’hôtel de ville paré des couleurs communales.

Oostende I

Dernier retour sur les quais pour dire bonjour aux mouettes...

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

 

Oostende I

L’une des jetées du chenal d’Ostende. Son extrémité est occupée par un restaurant.

Oostende I

 

Oostende I

Le sable fin s’étend sur des kilomètres.

Oostende I

Le sable fin s’étend sur des kilomètres.

Oostende I

Zeebrugge au loin.

Oostende I

L’Europacentrum. Son rez-de-chaussée est occupé par une galerie commerciale plus que glauque.

Oostende I

Au bout de la jetée.

Oostende I

Hop ! Un poisson volant !

Oostende I

Le ciel se couvre, il est temps de rentrer.

Oostende I

Ce navigateur a la même idée que moi.

Oostende I

La fin de journée approche... comme la fin de l’été.

Oostende I

Bye bye Ostende.

16

août 2008

Retour


Commentaires • Comments

Pas encore de commentaire.
No comment yet.

1000