Haut-Pays

Coincé le long de la frontière franco-belge, à une trentaine de kilomètres de Mons, le Haut-Pays reste un coin méconnu du grand public.
Proche de l’ancien bassin minier et loin des grands axes de communication, le Parc Naturel du Haut-Pays1 a pourtant plus d’un atout. Couvrant une superficie de 15.700 hectares, on y retrouve encore une belle diversité biologique.

L’une des attractions de ce parc naturel est le Bois d’Angre. Traversé par la Grande Honnelle (qui a donné son nom à la commune fusionnée), on y retrouve une curiosité géologique : le Caillou-qui-Bique, qui aurait une origine satanique...
Autre lieu, le musée Emile Verhaeren2, à l’orée du bois. Tout au long des sentiers à travers bois, on retrouve des stèles portant des poèmes de Verhaeren.

Après le Haut-Pays, je fis un rapide détour par le Parc de Jemappes et le zoning de Baudour-Ghlin, histoire de changer radicalement de décor.

Haut-Pays

Maison communale de Baisieux. Ce village fait partie de Quiévrain, à quelques pas de la frontière.

Haut-Pays

La Grande Honnelle.

Haut-Pays

Route typique de la région, entre Baisieux et Angre.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

L’église Saint-Martin d’Angre. Citée dès 1075, elle a subi de nombreuses transformations au cours des siècles.

Haut-Pays

La place et l’église d’Angre.

Haut-Pays

Cure d’Angre.

Haut-Pays

L’église Saint-Amand d’Angreau. Posée sur un promontoire, elle domine la rue d’une dizaine de mètres. Le sanctuaire est en mauvais état.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Citée en 1139, l’église actuelle a été construite par les moines de l’abbaye de Cambrai en 1778, la tour datant de 1598. Sa flèche est unique dans la région.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Effigie d’Emile Verhaeren à l’entrée du musée qui lui est consacré.

Haut-Pays

Nécessitant de lourdes rénovations, le musée est actuellement fermé au public.

Haut-Pays

Le clocher de Saint-Brice à Roisin.

Haut-Pays

Si l’édifice néoclassique construit en 1822 a été récemment rénové à l’extérieur, ce n’est pas vraiment le cas de l’intérieur.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

L’église restant cependant digne d’intérêt.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Vestige de l’église primitive en style gothique.

Haut-Pays

Quasi voisin de Saint-Brice, le parc du Château de Roisin...

Haut-Pays

... dont voici la grille d’entrée, sur la Rue de la Place.

Haut-Pays

Les étangs du parc sont le rendez-vous de nombreux pêcheurs.

Haut-Pays

Emplacement du château totalement démoli dans les années 90. Remontant au XIIIe siècle, il connaitra plusieurs destructions. Sa dernière reconstruction remonte à 1907.

Haut-Pays

Présentant alors le visage d’un manoir de plaisance néoclassique, il sera démantelé petit à petit à partir de 1960 pour finir comme parking du restaurant aménagé dans les anciennes dépendances (XVIIIe siècle).

Haut-Pays

Vue sur le parc et la Tourelle ; le château se trouvait à droite de l’image.

Haut-Pays

L’entrée du parc.

Haut-Pays

Le pont de l’ancienne ligne 98A, reliant Dour à Bavay en France. Il enjambe la Grande Honnelle et la route vers Autreppe.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Un des rochers présentant une belle paréidolie. Cette roche, vieille de plus de 300 millions d’années, s’appelle du poudingue.

Haut-Pays

Au milieu du Thier du Diable, précisément le Caillou-qui-Bique. Il aurait été planté là par Satan après qu’il ait voulu détruire l’abbaye de Stavelot.

Haut-Pays

Dépité par la distance restant à parcourir, il aurait laissé tomber son arme après une rencontre avec Saint-Remacle, patron de l’abbaye.

Haut-Pays

Au pied des rochers, on retrouve la Grande Honnelle.

Haut-Pays

« L'entedez-vous, l'entendez-vous, Le menu flot sur les cailloux ?, Il passe et court et glisse, Et doucement didié aux branches, Qui sur son cours se penchent, Sa chanson lisse » Les blés mouvants

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Une grande partie du bois a été un temps menacée de destruction par un exploitant forestier sans scrupule. Visiblement, cette menace a disparue.

Haut-Pays

L’érosion en action.

Haut-Pays

Le Bois d’Angre.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Face à une grande clairière (rendez-vous obligé pour tous les mouvements de jeunesse passant dans le coin), un bistro bien sympathique.

Haut-Pays

Un peu à l’écart de la route, un tunnel passant sous l’ancienne ligne de chemin de fer.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

La maçonnerie du tunnel en (trop) gros plan.

Haut-Pays

Quelques affluents viennent grossir le cours de la Grande Honnelle au milieu du bois.

Haut-Pays

Un ancien gué doublé aujourd’hui par une passerelle moderne. On dit au revoir au Bois d’Angre.

Haut-Pays

Située presque à l’extérieur du village, l’église Sainte-Aldegonde de Baisieux. Derrière elle, on trouve l’imposante Ferme du Mayeur.

Haut-Pays

Reconstruite en 1759, après les ravages provoqués par les troupes de Louis XIV. Seules deux maisons survécurent au massacre.

Haut-Pays

Sur la route du retour, je m’arrête à Quiévrain.

Haut-Pays

L’église de la ville, dédiée à Saint-Martin, date du XVIe siècle.

Haut-Pays

Son élégant clocher se voit de loin.

Haut-Pays

Construite en un mélange de pierre et de brique, elle témoigne du passage du gothique vers des styles plus modernes (pour l’époque).

Haut-Pays

Alors qu’un office religieux allait débuter, le curé me laissa gracieusement prendre quelques clichés. Merci à lui.

Haut-Pays

En se rapprochant de Mons, nouvel arrêt au Parc de Jemappes. Créé en 1785, il s’étale sur 20 hectares avec une flore particulièrement variée. Le parc est malheureusement voisin immédiat de la bruyante E42.

Haut-Pays

Le parc est parsemé de plusieurs édifices, tous malheureusement délabrés.

Haut-Pays

Ici, un pseudo-temple grec. Eventré, ses colonnes sont également fortement dégradées.

Haut-Pays

De loin, les apparences sont sauves.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

A l’extrémité du parc, une chapelle œcuménique néogothique.

Haut-Pays

Elle aussi oubliée, ses fenêtres ont été obturées.

Haut-Pays

Toiture défoncée. La région est sinistrée économiquement et cela se voit.

Haut-Pays

La Roseraie, abritant autrefois un restaurant. Aujourd’hui, un périmètre de sécurité en interdit l’accès, le bâtiment étant en manque de stabilité.

Haut-Pays

A quelques kilomètres du parc, l’immense zoning industriel de Baudour-Ghlin. Une route que n’aurait pas renié l’ex-URSS.

Haut-Pays

L’entrée de la défunte cokerie Carcoke-Tertre. Ouverte en 1928, elle fût la plus grande Belgique. Ancien paradis des adeptes de l’exploration urbaine, elle sera démantelée par la SPAQuE à partir de 2003.

Haut-Pays

Ligne de chemin de fer industrielle desservant Kemira, usine chimique voisine de Carcoke-Tertre.

Haut-Pays

L’ancienne gare de Carbo-Tertre.

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

 

Haut-Pays

Coucher de soleil sur une voie sans issue. Fin de visite.

8

mars 2009

Retour


Notes

  1. Cf. site officiel.
  2. Poète et dramaturge flamand d’expression française (1855-1916), il voyagera à travers toute l’Europe et sera admiré par des gens tel que Seurat, Rodin, Maeterlinck, Mallarmé ou Gide.
    Verhaeren passa chacun de ses étés entre 1900 et 1916 à Roisin.
    Cf. le site du musée de Sint-Amands. http://www.emileverhaeren.be/