Charleroi

Ancienne place forte de l’industrie en Belgique, la ville et la région de Charleroi gardent en elles les traces indélébiles de ce prestigieux passé.
Que reste-il de cet arsenal d’usines, d’ateliers, de haut-fourneaux et de mines qui firent la richesse du pays jusqu’à l’entre-deux guerre ?
Des ruines éparses, de grands bâtiments ayant perdus leur vocation première, un environnement massacré et une gloire qui n’est plus qu’un vague souvenir.

Charleroi fût le siège des ACEC1. Tout ce qui touchait à l’électricité ou à l’électronique était estampillé ACEC. Des télévisions aux trains de la SNCB, en passant par l’aérospatiale et l’éclairage. Sans oublier le nucléaire : les ACEC prirent une grande part dans la conception de BR-1, BR-2 et BR-32 , les premiers réacteurs nucléaires de Belgique, entre 1954 et 1962. Durant les années 60, la société carolorégienne rivalisait dans tous les domaines et sans problème avec le géant néerlandais, Philips.
Hélas, dès les années 70, les problèmes s’accumulèrent et finalement, la vénérable entreprise fondée en 1886 sera dépecée entre Alcatel, Alstom et la région wallonne. Nous sommes alors en 1989.

ACEC

Logo des ACEC

Pourquoi cette évocation des ACEC ? Parce qu’elle illustre à elle seule la chute infernale de la capitale du Pays Noir.
Charleroi (et la Wallonie en général) ratera la reconversion économique des sixties et sombrera peu à peu, avec le funeste cortège des restructurations, reprises-fermetures et délocalisations. Le chômage monte en flèche, la population se paupérise dangereusement et la seule chose qui semble résister aux vents et marées, c’est le Parti Socialiste.
Du fleuron industriel d’avant-guerre, la ville deviendra le bastion du crime, de la corruption et du système Van Cauwenberghe3. La ville hérite du surnom peu flatteur de ‘Chicago-sur-Sambre’.
Je ne reviendrai pas non plus outre mesure sur cette hérésie qu’est le métro « léger » de Charleroi4...

Armes de Charleroi

Armes de Charleroi

Une fois sur place, le sentiment d’abandon m’envahit aussitôt.
Une autre chose qui m’a aussi frappé, c’est l’accueil de la population locale. Du riverain de la Fonderie Giot aux gamins jouant dans la rue, aucun n’a hésité à me raconter et à me montrer leur quotidien.
Visiblement, peu de « responsables » s’intéressent encore à ces gens-là... Les priorités sont ailleurs. Mais où ? Aucune idée...

Histoire de changer radicalement de décor et de me décrasser un peu les poumons, détour par Beaumont.
Petite ville touristique perchée sur son éperon rocheux, elle domine la belle vallée de la Hantes. Dépaysement complet à seulement une trentaine de kilomètres de Charleroi.

Charleroi

En route pour Charleroi ! Arrêt sur une aire d’autoroute avec vue imprenable sur l’ascenseur à bateaux de Strépy-Thieu...

Charleroi

... et panorama sur la frontière entre le Centre et le Borinage.

Charleroi

 

Charleroi

Coin du Hainaut encore vert entre deux grands ex-bassins industriels.

Charleroi

Les terrils constituent le principal relief de la région.

Charleroi

Qui dit Charleroi dit football. Le stade du Sporting local coincé dans un quartier résidentiel.

Charleroi

Rénové de fond en comble pour l’Euro 2000, dix ans plus tard (et quelques dizaines de millions au passage...), il est au cœur d’une bataille juridique entre la Ville et les riverains.

Charleroi

Le Mambourg étant là bien avant les premières habitations, les gens s’installant ici savaient à quoi s’en tenir.

Charleroi

Un peu comme s’installer près d’un aéroport et ensuite se plaindre des nuisances sonores.

Charleroi

Ce stade reste malgré tout une belle prouesse technique. Dommage qu’il finisse bientôt sous la pioche des démolisseurs.

Charleroi

 

Charleroi

 

Charleroi

Autre club, autre stade, autre environnement. Bienvenue à la Neuville, antre de l’Olympic.

Charleroi

Evoluant à un niveau inférieur à celui du Sporting, les Dogues entretiennent néanmoins une haine viscérale envers le grand frère du Sporting.

Charleroi

Ici, pas de constructions grandioses, on se contente d’une vieille arène construite dans les années 30.

Charleroi

L’Olympic aurait dû émigrer vers la Mambourg après l’Euro 2000 mais ses sympathisants ne voyaient pas d’un bon œil ce déménagement forcé au domicile de l’ennemi héréditaire.

Charleroi

Le vieux club de la Neuville restera finalement dans ses installations certes désuètes mais au charme certain.

Charleroi

La Sambre, première artère de Charleroi, passant à proximité de la gare.

Charleroi

Près du palais de justice, dans le centre-ville.

Charleroi

Le vieux noyau urbain offre une certaine anarchie urbanistique, mal dont souffre la plupart des villes wallonnes.

Charleroi

 

Charleroi

Place Emile Buisset.

Charleroi

La gare de Charleroi-Sud, récemment remise à neuf. La gare est totalement isolée du reste de la ville par la Sambre.

Charleroi

Place Jean Monnet.

Charleroi

Près de là, changement radical de décor. Rue de Marchienne, entre une ligne SNCB et les usines du groupe Arcelor-Mittal.

Charleroi

Ici, pas de maisons, de parc ou d’église. Que de l’industrie lourde (ou ses ruines) sur des kilomètres carrés.

Charleroi

Parfois, on arrive à dénicher un édifice à taille humaine, entres les monstres d’acier du bassin industriel.

Charleroi

Les maisons adossées au pont. Les gens qui vivent ici souffrent énormément de la pollution, dans l’indifférence totale. Au fond, la Fonderie Giot.

Charleroi

Le château d’eau de la FAFER, bien connu des explorateurs urbains.

Charleroi

Les anciens locaux administratifs de la FAFER, rue de l’Alliance.

Charleroi

Les portes définitivement closes sur un passé révolu.

Charleroi

De l’autre côté de la Sambre, autre lieu connu, l’ancien château d’eau des Forges de la Providence. Il ne devrait plus rester longtemps debout.

Charleroi

La cokerie de la Providence, à l’arrêt. Lorsqu’elle est en activité, des flammes s’échappent des torchères, ainsi que des panaches de fumée noire.

Charleroi

L’antique château d’eau. A l’arrière, le terrain est en reconversion.

Charleroi

La partie du site des forges encore en activité, vers Charleroi. A droite, le viaduc du métro.

Charleroi

Un bâtiment rongé par l’oubli et la pollution.

Charleroi

L’accès glauquissime de la station de métro éponyme des Forges de la Providence.

Charleroi

La station (en délabrement avancé) étant construite sur un viaduc, elle offre quelques points de vue intéressants.

Charleroi

Feu rouge pour la Providence.

Charleroi

Toute la beauté et la fraicheur de l’entrée de la station de métro. Y a pas à dire, on se sent revivre à Charleroi !

Charleroi

Dernier regard sur la Providence.

Charleroi

Les terrils sont les derniers témoins visibles de l’exploitation minière qui a fait de cette région la deuxième plus riche au monde au XIXe siècle.

Charleroi

Les choses aujourd’hui ne sont plus tout à fait pareilles. Station-service abandonnée, comme un symbole d’une région en pleine décrépitude.

Charleroi

Les hautes cheminées de l'usine à pellets, sur le site de Carsid, le long de la N90.

Charleroi

Un petit faisceau de triage, avec au fond, le centre-ville de Charleroi.

Charleroi

Le paysage hyper-industriel de Marchienne, où la nature a bien du mal à résister.

Charleroi

Sommet d’un terril verdoyant. Vu la nature d’un terril, il ne faut jamais se balader dessus, sauf si c’est explicitement autorisé.

Charleroi

Les beaux panneaux de la SPAQuE, qui se vante d’avoir assaini le site de la Fonderie Giot.

Charleroi

La belle façade de la fonderie, donnant sur la rue de Châtelet.

Charleroi

Maisons à proximité immédiate de la Fonderie Giot.

Charleroi

La Fonderie Giot dans son ensemble.

Charleroi

Ruinés par des décennies d’abandon et par le vandalisme, les vieux murs ne demandent qu’à s’effondrer.

Charleroi

Après le désolant spectacle offert à la vue de tous, je vous présente les coulisses. Là aussi, c’est pas triste !

Charleroi

Ces images sont prises du jardin d’un riverain de la Fonderie Giot. Merci à lui de m’avoir ouvert les portes de sa maison.

Charleroi

Comme on peut le voir, la SPAQuE excelle dans l’art de l’assainissement. Et dire que cet organisme est financé par nos impôts ! A vomir.

Charleroi

Guidé par les gosses du coin, je me risque à pénétrer dans la Fonderie Giot.

Charleroi

Ce terrain est facilement accessible, les maisons à l’arrière-plan sont habitées.

Charleroi

Sur le terrain vague, on retrouve (entre les déchets et les crasses) des tubes en aciers. Probablement des sondages mesurant la pollution des sols.

Charleroi

La « Tour Noire », rue de la Fonderie.

Charleroi

Le fait que ces murs soient encore debout tient du miracle.

Charleroi

A l’intérieur de la « Tour Noire », avec au fond ce qui était autrefois un ascenseur.

Charleroi

 

Charleroi

 

Charleroi

A travers un mur éventré. Ayant l’intention d’y pénétrer, les gamins me l’ont fortement déconseillé.

Charleroi

 

Charleroi

Les maisons abandonnées de la rue de Châtelet.

Charleroi

Un vieux luminaire des années 50 posée sur une maison au pied de la « Tour Noire ».

Charleroi

Terrain de jeux improvisé dans la rue de la Fonderie. Derrière le mur, des tonnes de déchets.

Charleroi

Histoire de me redonner le moral après la grisaille de Charleroi, petit saut à Beaumont. Ici, on peut respirer sans risque.

Charleroi

La ville domine la vallée de la Hantes.

Charleroi

La situation de Beaumont au sommet d’un escarpement provoquera bien des sièges et des batailles.

Charleroi

Vers la Tour Salamandre.

Charleroi

La masse grisâtre de la Tour Salamandre se cache derrière les arbres.

Charleroi

Rue de la Poterne.

Charleroi

Au pied de la Tour Salamandre. Edifiée au XIe siècle, elle sera incendiée par les français en 1655 et les anglais en 1691.

Charleroi

 

Charleroi

La Tour Salamandre et la Poterne, vestige de l’enceinte communale.

Charleroi

Gros plan sur la Poterne (XVIe siècle).

Charleroi

Plus bas, le cadre bucolique de la chapelle Saint-Julien l'Hospitalier.

Charleroi

Sur la Grand’Place, l’hôtel de ville (à gauche) et le château du Prince.

Charleroi

L’église Saint-Servais, de style néo-classique. Elle remplaça en 1775 une grande église gothique ruinée par les français en 1655.

Charleroi

Détails sur le château du Prince. Napoléon y séjourna l’avant-veille de sa défaite à Waterloo.

Charleroi

A Montignies-Saint-Christophe, on trouve un intéressant pont-barrage gallo-romain.

Charleroi

Construit au Ve siècle, il permettait de remplacer un gué, difficilement franchissable en raison du débit de la Hantes, sur l’ancienne voie romaine Bavay-Trèves.

Charleroi

Dans le voisinage du pont, on retrouve quelques fermes fortifiées digne d’intérêt, ainsi que des balades à travers bois ou champs.

Charleroi

Le pont vient juste d’être restauré. La proximité d’un parking gâche quelque peu le paysage.

Charleroi

Direction la maison !

22

mars 2009

Retour


Notes

  1. Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi, fondés par Julien Dulait.
    En 1904, la petite société est reprise par le Baron Empain. Son développement sera exponentiel jusqu’aux années 60. Le Baron Empain était notamment le concepteur et le propriétaire de Métro de Paris, et ce jusqu’en 1949.
  2. Acronyme de Belgian Reactor, le n°3 sera le prototype des centrales nucléaires européennes actuelles (REP). Les ACEC construiront le premier réacteur nucléaire français (Chooz A, mis en service en 1967 et arrêté en 1991) et deviendront le fournisseur attitré des centrales suivantes.
  3. Jean-Claude Van Cauwenberghe (né en 1944), souvent surnommé Van Cau, sera le maître incontesté et incontestable de Charleroi entre 1982 et 2010. Il sera finalement emporté par les célèbres Affaires de Charleroi.
  4. Le métro fantôme de Charleroi, sur Wikipédia.
    Un des best-of du Petit guide des Grands Travaux Inutiles, de Jean-Claude Defossé.