Le canal abandonné II

Retour au canal délaissé.
Après les diverses tempêtes de neige, le pays a aussi été gratifié d’un épais brouillard. Le genre de climat hostile qui me va comme un gant.
Encore plus désert et froid que lors de mes premières visites1, le site prend aujourd’hui des airs mystérieux, voire inquiétants.

Les seules personnes rencontrées là-bas s’apprêtaient à pénétrer sur l’ancien site minier2 déjà présent dans la première galerie, sous la bonne garde d’un représentant de la SPAQuE3... Demandant si je pouvais me joindre au petit groupe afin de shooter l’intérieur du carreau, un « non » m’a été non-cordialement adressé4.
C’est que l’on ne se mêle pas des affaires de la SPAQuE.

Le canal abandonné II

Le ponton s’enfonce dans la brume.

Le canal abandonné II

Le hangar sur rail.

Le canal abandonné II

La glace s’amuse à dessiner des cercles à la surface du canal.

Le canal abandonné II

L’écluse de Pommerœul, à peine décelable, depuis l’extrémité du ponton.

Le canal abandonné II

La main courante, seule obstacle à une chute fatale dans l’eau glaciale.

Le canal abandonné II

Le pont du chemin de fer, en bas de l’écluse, drapé de son voile hivernal.

Le canal abandonné II

Une bouée, figée dans la glace.

Le canal abandonné II

Quelques clichés de la mine des Sartis, après le refus du représentant de la SPAQuE.

Le canal abandonné II

Mine des Sartis.

Le canal abandonné II

 

Le canal abandonné II

 

Le canal abandonné II

Les marbres encadrant jadis l’entrée ont été arrachés sans vergogne.

Le canal abandonné II

Fronton du plus grands des bâtiments. Construits au lendemain de la Première Guerre Mondiale, on croyait encore qu’une longue période de paix commençait...

Le canal abandonné II

 

Le canal abandonné II

 

Le canal abandonné II

Le canal, vers l’écluse d’Hensies.

Le canal abandonné II

La mine fantomatique des Sartis s’enfonçant définitivement dans le brouillard...

22

décembre 2011

Retour


Notes

  1. Cf. ici.
  2. Les ruines de cette exploitation minière sont plus amplement présentées ici. Il s’agit du puits des Sartis, la dernière concession boraine qui fermera ses portes le 31 mars 1976.
  3. La SPAQuE est une société anonyme d'intérêt public créée le 13 mars 1991 par l'administration wallonne, chargée de la réhabilitation de décharges et de friches industrielles polluées ainsi que de la gestion de tout sol contaminé.
  4. Cet épisode ne va décidément pas me réconcilier avec l’administration wallonne...