Mont-Saint-Michel

Visite hautement touristique du Mont-Saint-Michel.
Comme tous les sites mondialement connus, on y retrouve un faune de touristes sans foi ni loi. On bouscule, on gueule, on ne respecte rien et on pollue l’atmosphère.
Prendre des photos du lieu sans la vermine humaine a été une véritable gageure. Cela se ressent dans la qualité toute relative de plusieurs photos. Désolé mais buter des gens pour pouvoir prendre des photos en paix n’est pas autorisé.
Heureusement, un soleil généreux était de la partie.

Mont-Saint-Michel

En route pour le Mont-Saint-Michel !

Mont-Saint-Michel

La digue qui relie le mont au continent. Construite au XIXe siècle, elle est responsable de l’ensablement de la baie. Dans un futur proche, elle disparaitra. Le mont retrouvera bientôt son caractère insulaire.

Mont-Saint-Michel

La baie totalement ensablée.

Mont-Saint-Michel

Sous des dehors bien innocents, ces terres sont pourtant un piège mortel pour quiconque voudrait s’y aventurer. Récemment encore, quatre personnes ont été victimes de ces sables mouvants.

Mont-Saint-Michel

A gauche, le soubassement des ruines de l’ancienne hôtellerie, effondrée en 1817. Au centre-droit, le treuil permettant de monter les vivres dans l’abbaye.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

Le célèbre restaurant de la Mère Poulard et la Porte du Roy.

Mont-Saint-Michel

La Mairie.

Mont-Saint-Michel

La Grand’Rue, qui porte mal son nom.

Mont-Saint-Michel

Un des premiers bâtiments de l’abbaye.

Mont-Saint-Michel

L’extrémité est de la Merveille, bâtiment gothique de trois étages bâti à flanc de rocher.

Mont-Saint-Michel

L’entrée de l’abbaye, après la montée d’un escalier interminable.

Mont-Saint-Michel

La Merveille avec le Réfectoire au-dessus de la Salle des Hôtes (construites entre 1215 et 1220).

Mont-Saint-Michel

Les façades de l’abbaye et leur impressionnante verticalité.

Mont-Saint-Michel

La salle d’accueil des visiteurs de l’abbaye (ancienne salle des gardes).

Mont-Saint-Michel

La Salle des Hôtes.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

La salle des Chevaliers.

Mont-Saint-Michel

L’ile de Tombelaine. Entre le XIe et XVIIe siècle, elle sera le siège d’un prieuré. Depuis, elle est abandonnée.

Mont-Saint-Michel

La chapelle Notre-Dame-sous-Terre, fondée en 966.

Mont-Saint-Michel

Statue de la Vierge entre la Merveille et les bâtiments de Robert de Torigni (1154-1164).

Mont-Saint-Michel

La cage à écureuils. Des prisonniers y étaient enfermés et devaient marcher sur place afin de faire remonter le treuil situé à l’extérieur du bâtiment.

Mont-Saint-Michel

Vue sur la rampe du treuil.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

La chapelle basse dédiée à Saint-Martin, située sous l’église abbatiale.

Mont-Saint-Michel

L’église basse ou Crypte des Gros-Piliers. Son nom vient du fait qu’elle sert de fondation à l’église abbatiale. La grosseur des piliers s’explique par le poids qu’ils doivent supporter.

Mont-Saint-Michel

Le chœur gothique. Reconstruit entre 1446 et 1523, suite à l’effondrement du chœur roman d’origine.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

La nef de l’église. Elle était à l’origine dotée de sept travées. Il n’en reste plus que quatre.

Mont-Saint-Michel

Les trois premières travées ont été détruites en 1776 suite à un incendie.

Mont-Saint-Michel

La façade classique bâtie suite à l’incendie de 1776.

Mont-Saint-Michel

La flèche de l’église (1898), surmontée de la statue de Saint-Michel terrassant le dragon.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

Le cloître. Construit au XIIIe siècle, il jouxte le Réfectoire.

Mont-Saint-Michel

Ici, les moines venaient méditer.

Mont-Saint-Michel

Il a été réaménagé en 1966 en s’inspirant des cloîtres moyenâgeux.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

Tout à gauche, trois ouvertures donnant étonnamment sur le vide. Il s’agit de l’entrée de la Salle Capitulaire, laquelle ne fut jamais construite.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

Le bras gauche du transept, remanié au XIIIe siècle.

Mont-Saint-Michel

Le Réfectoire. Salle supérieure de la Merveille.

Mont-Saint-Michel

Ses fenêtres très étroites offrent une lumière particulière à cette salle.

Mont-Saint-Michel

La voûte en bois est identique à celle de la nef de l’église.

Mont-Saint-Michel

Une réplique de la statue de Saint-Michel qui trône au sommet de la flèche de l’église.

Mont-Saint-Michel

La sortie de l’abbaye. Au sommet, on retrouve les trois arcades du cloître donnant dans le vide.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

Ces murs représentent un exploit technique. Rien que les moyens de l’époque et l’inhospitalité du rocher forcent le respect.

Mont-Saint-Michel

La terrasse de l’église, surmontant Notre-Dame-sous-Terre.

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

 

Mont-Saint-Michel

De ce côté, l’abbaye offre plutôt le visage d’une forteresse inexpugnable.

Mont-Saint-Michel

Fin de visite.

Mont-Saint-Michel

Coucher de soleil sur la baie du Mont-Saint-Michel.

16

août 2011

Retour