Doel

Si le petit village de Doel a aujourd’hui des allures de Pripiat1 ou de Futaba2, ce n’est pas pour les mêmes raisons. Du moins, pas encore...
Bien que situé à proximité immédiate de la très sûre3 centrale nucléaire de GDF Suez (Electrabel n’étant plus qu’une chimère), le petit village flandrien est la victime de l’appétit vorace du port d’Anvers. Idéalement situé sur les rives de l’Escaut, Doel aurait du être rayé de la carte depuis 30 ans afin de creuser un nouveau bassin destiné à l’extension du deuxième plus grand port européen. Heureusement, les habitants ont décidé de ce battre et c’est ainsi que la bourgade est toujours là. Désertée, certes, mais pas encore morte.
Finalement, le village est reclassé en juin 2012 en zone d’habitat4. L’extension du port continuera mais Doel ne sera pas rayé de la carte.
Les villages voisins d’Oosterweel, Oorderen et Wilmarsdonk n’auront pas eu la même chance...

De 1503 âmes en 1960, la population passe à 359 en 2007. A l’heure d’écrire ces lignes, moins d’une centaine d’habitants errent encore dans les rues du village. Lors de la belle saison, il y a d’ailleurs plus de touristes que d’habitants.
On y trouve encore malgré tout un moulin du XVIIe siècle transformé en restaurant, un petit port de plaisance, le Hooghuis (1614) et une belle église néoclassique.

Entre surréalisme, impression de fin du monde et tourisme du dimanche, la visite de Doel laissera un goût amer. J’étais accompagné de Franck, Bruno et Johan.

Doel

Photo de ce qui reste du village de Wilmarsdonk...

Doel

Le Hooghuis (XVIIe siècle). Rubens y aurait séjourné.

Doel

Classée entre 1970 et 1995, son avenir reste incertain.

Doel

L’église Notre-Dame de l’Assomption (1851-1854), l’un des derniers bâtiments en bon état.

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

Une vieille bicoque, dominée par les cerbères de la centrale nucléaire.

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

L’ancienne maison communale.

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

Le Doel 5, fermé récemment.

Doel

Contraste entre deux sources d’énergie.

Doel

Depuis la digue du port.

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

Pour un avenir rayonnant, venez à Doel !

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

Le terrain de foot du village : un billard !

Doel

Pourquoi et par qui est-il encore entretenu ? Nombre de petits clubs aimeraient disposer d’un tel outil...

Doel

Le sport, c’est la santé ! ©

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

Des maisons presque neuves...

Doel

 

Doel

 

Doel

 

Doel

Et ceux-là, ils doivent aussi déménager ?

Doel

Vers la sortie.

Doel

Voie interdite ou voie sans issue ?

15

août 2012

Retour


Notes

  1. Cité de 49.000 habitants construite à proximité de Tchernobyl pour abriter les ouvriers de la centrale. Aujourd’hui ville fantôme, elle ne sera pas fréquentable avant plusieurs millénaires.
  2. Quelques images d’une des nombreuses localités évacuées après la catastrophe (et non accident !) de Fukushima.
  3. Suite, toujours, à la catastrophe de Fukushima, des stress-tests ont été effectués en 2011 et ont conclu que la centrale était bonne pour le service.
    Mais, détail comique, des fissures (d’abord confirmées, puis devenues « potentielles ») ont été constatées en juillet 2012 sur la cuve du réacteur 3. Bien sûr, selon les experts, il n’y jamais eu aucun souci à se faire.
    On connait la chanson...
  4. Article du Groupe Sudpresse.