Heavy Metal

Une heure pour le localiser, huit mois pour me décider à y aller. Une semaine de plus et je l’aurais eu dans l’os.

Profitant de l’ultime trou de souris pour y pénétrer, la promenade fût longue. Et pour cause.
Etalant sa carcasse métallique sur des hectares, Heavy Metal semble être un monstre endormi. Partout, l’électricité est présente. A chaque poste de travail, on ressent encore la présence des ouvriers. Tout est prêt pour un redémarrage, qui risque fort de ne jamais arriver.
Sacrifié sur l’autel de la rentabilité, ce site industriel n’a plus d’avenir. Pourquoi ? Aucune réponse valable (valable par rapport au plus basique bon sens) n’a été donnée jusqu’à présent.

Visite en compagnies des très sympathiques Stef & Eric.

Heavy Metal

Un plan aurait été bien utile.

Heavy Metal

Un fish-eye aussi...

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Sous l’œil bienveillant d’une caméra.
Ca me fait penser qu’on a oublié d’aller dire bonjour au gardien...

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

La pince titanesque.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Sur les rails du pont roulant.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Torpille n° 47.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Les creusets géants.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

La chaise venue de nulle part, lieu abandonné oblige.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Moteur d’un pont roulant.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Là-haut.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

La voie de chemin de fer donne idée de la taille du truc.

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

 

Heavy Metal

Tout est prêt pour réveiller la bête...

29

avril 2013

Retour