Maison Gustaaf

Qu'est-ce qui est en train de tuer l'exploration urbaine ? Plusieurs choix.

Je m'en explique.

Le premier point est tombé du ciel fort récemment. Par médiatisation, j'entends la presse, pas les sites d'urbex.
Plusieurs articles sur l'exploration urbaine sont parus dans la presse bas de gamme (donc, la plus lue) ces derniers mois. Outre le fait que les gratte-papiers ne semblent plus rien avoir à lécher chez Di Rupo, les journaleux ne se privent pas pour balancer des adresses avec quasi un horaire de visite, alors que l'un des principes de l'exploration urbaine est justement de garder secrète les localisations... Si l'on avait une presse qui réfléchit plus loin que le bout de son nez dans ce foutu pays, ça se saurait.
Par pitié, retournez à vos poubelles et foutez-nous la paix. Il y a pourtant de quoi gratter quelques lecteurs avec les coulisses de Miss Belgique/France/n'importe où.

Et que les explorateurs qui participent à cette médiatisation galopante aillent se cacher !
Oui, vous là, vous qui êtes en mal de reconnaissance, vous êtes en train de tuer l’urbex en gueulant sur tous les toits que vous explorez des lieux abandonnés. Réfléchissez si vous en êtes capable !

Les joies de l'urbex

Allô ! Allô ! Y a quelqu'un au bout du fil ? 'Faut réfléchir McFly ! 'Faut réfléchir !
© Les joies de l'urbex

Le deuxième point est engendré, en partie, par le premier.
Ainsi, depuis quelques temps, je m'étonne de croiser des ados pré-pubères, des familles et des retraités dans des lieux logiquement oubliés. Bref, des gens qui n'ont aucune conscience des dangers de l'urbex. Ainsi, lors de la visite de Forgotten Church, un touriste (appelons-le ainsi pour éviter les insultes) a failli nous faire tomber un étage sur la tête en poussant comme un bourrin sur la porte. Ce n'est qu'après avoir gueuler sur ce pauvre connard qu'il a compris que la porte retenait justement le plafond effondré...
Lorsqu'un accident grave se reproduira (et c'est garanti à ce rythme), que personne ne vienne vouer aux gémonies les explorateurs. Ce ne sont pas nous qui sommes responsables de l'état des lieux et encore moins des crétins qui s'aventurent n'importe où et n'importe comment.
Comme je l'ai précisé sur la page de garde de mes photos, l'exploration urbaine n'est pas une journée à Disneyland. C'est dangereux, on connait les risques et à force, nous savons reconnaitre un endroit relativement sûr de l'un qui ne l'est pas. Je ne pense pas que le gamin avec son iPhone ou le papy qui étrenne son nouveau joujou ont la même expérience que nous. Bien entendu, nous ne sommes pas des super-héros : quand cela semble trop risqué, nous faisons demi-tour. Et pour être honnête, des gamelles plus ou moins douloureuses, on s'en prend régulièrement.
En outre, plus il y aura de monde dans les spots, plus cela attirera l'attention des forces de l'ordre. Pour le moment, nous bénéficions d'un vide juridique en la matière. Qu'en adviendra-t-il quand la police passera son temps tous les dimanches en intervention dans les friches ? Devra-t-elle faire le pied de grue devant chaque bâtiment semblant abandonné ? Les policiers ont nettement mieux à faire que de s'occuper de nous (ce n'est pas de l'ironie, hein !). Une rangée de six ou sept voitures garées en pleine campagne devant une baraque abandonnée, forcément, ça attire les regards... Se garer loin et marcher un petit kilomètre est trop demander.
Un petit exemple ? Aujourd'hui, à la Maison Gustaaf (les photos sont après ma logorrhée, ne vous en faites pas). Quand on se retrouve à quinze personnes dans une maison de 60m² (quatre pièces au total), l'expression se marcher dessus prend tout son sens. Ces braves gens n'étaient pas des explorateurs : ça gueule, ça shoote en rafale (dans une pièce sombre, le résultat doit être un gros rectangle noir) et ça reste planté devant, bien en évidence.
Nous avions déjà à subir les invasions dominicales venues d'un certain pays se trouvant au nord de la Belgique (plusieurs groupes se déplacent en bus et ne connaissent pas la discrétion), nous aurons également maintenant des hordes d'explorateurs en herbe.
Et dire que la Maison Gustaaf est (ou était...) un spot encore relativement peu connu... Youpi.

Les joies de l'urbex

Le futur de l'urbex ? Non merci !
© Les joies de l'urbex

Enfin, le dernier point. Peut-être le plus révulsant puisque venant de l'intérieur.
Urbex-Finder est un site qui rassemble une communauté d'urbexeurs. Jusque là, rien à redire.
Par contre, ce site est totalement verrouillé. Pour s'y inscrire, les administrateurs font une petite enquête pour déterminer si vous êtes dignes ou non d'appartenir à leur cheptel... pardon... leur clan. Comme l'on dit, plus c'est secret, plus c'est malsain.
Qui sont ces administrateurs qui vous jugent ? Des explorateurs lambdas comme il en existe des centaines. Sauf que ceux-ci se sont auto-définis comme figure morale toute puissante de l'urbex. Je ne parlerai pas de secte mais je n'en pense pas moins.
Ensuite, une liste de spots est disponible (plus de 16.000, si j'en crois leur page d'accueil) contre un échange de points (avant peut-être de passer à l'argent). Tel spot vaut 5 points, tel autre 25. Il y a probablement une semaine de promotion avec deux spots pour le prix d'un et une saucisse gratuite... Inévitablement, un esprit de compétition va s'affirmer et un simple hobby va se transformer en champ de bataille. Déjà qu'avant, c'était à celui qui avait la plus longue (liste d'adresses)...
Dès qu'une adresse sera visible par la majorité des moutons... pardon, des membres, ceux-ci déferleront sur cette adresse comme un junkie en manque de drogue. A quinze ou vingt. Voir les conséquences avec le point précédent.
Sans parler du fait que les aficionados d'Urbex-Finder se sentiront pousser des ailes quand ils auront obtenus la dernière adresse à la mode... Rechercher une adresse soi-même ? C'est bon pour les pouilleux qui ont été refusés sur Urbex-Finder... Je n'ai pas été refusé sur ce site. Sitôt après avoir su de quoi il en retournait, je cogitais déjà au texte que vous êtes en train de lire (nous étions alors début janvier).

Je suis bien conscient que je ne vais pas me faire que des amis avec cette tirade. Et je m'en fous complètement !
Même si je n'ai repris l'urbex de manière active que depuis fin 2011, je parcourais déjà les châteaux, égouts et usines abandonnées il y a tout juste 20 ans (remember Ibanson !). Putain, que le temps passe vite...
Ce ne sont pas quelques petits cons qui se croient sortis de la cuisse de Jupiter et voulant imposer leurs règles qui me feront changer de méthode et de vision des choses. L'urbex reste pour moi un loisir, hors de question que cela devienne une compétition avec des attardés mentaux.
Pour citer les propos que m'a tenu l'un des responsables de ce site, « ca devient du grand n importe quoi et notre passion est a un tournant je pense,ca passe ou ca casse ». Fieu, avec des méthodes comme celles-là, inutile d'être grand clerc pour deviner la suite. Les règles de bases, que je respecte, sont les seules valables à mes yeux. Le reste n'est que de la pollution. Urbex-Finder est une pollution.
Discours d'un vieux refusant toute évolution ? Non, discours d'un pas-encore-vieux refusant les cons.

Ceci étant dit, place (enfin...) à la Maison Gustaaf... qui devra être revisitée si elle n'a pas été massacrée entre temps...
Vive la foire à la saucisse...

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

Maison Gustaaf

 

9

février 2014

Retour


Commentaires • Comments

Holly Dolly

Bonjour,

Je viens de lire votre petite tirade et j'avoue qu'elle m'a interpellée ... Perso j'ai découvert l'Urbex via un ami, je le pratique depuis peu mais j'avoue que certains comportements me révulsent ...! Notamment le genre de comportements que vous décrivez dans votre article ... Moi perso l'Urbex me permet de dépasser mes limites et une fois sur les lieux, la beauté, l'histoire, la magie de ces lieux me submergent et je suis totalement hors du temps ... Cela me permet de m'évader ... Mais lorsque je fais mes recherches, je me rends compte du comportement complètement absurde, voir agressif de certaines personnes! De plus, l'Urbex commence à être mal vu par les forces de l'ordre à cause de personnes qui en profitent et qui justifient leur comportement au nom de cette passion! Et combien de personnes se hissent au sommet parce qu'ils pratiquent l'Urbex ... Trop à mon goût ... Moi aussi j'ai été à Noisy (sans me faire pincer), moi aussi je suis fière de certaines de mes explorations mais je n'en fait pas l'histoire du siècle, je ne me crois supérieure parce que ... Hors beaucoup de gens le pensent, un peu trop à mon goût ... Je suis une débutante mais comme signalé dans votre article, je n'hésite à me garer loin, à marcher, et des fois ce sont de véritables missions pour ne pas se faire attraper! Si je ne sais pas explorer un lieu parce qu'il est trop risqué, hé ben je ne le fais tout simplement! Je savais que certains forums avaient des pratiques douteuses mais là c'est honteux!

Même si ça ne fait que quelques mois que je pratique l'Urbex, cela a été pour moi une révélation ... Enfin quelque chose pour moi Mais au fur et à mesure, je me rends compte de la déformation à tout va de cette pratique ... Cela dit je continuerai, rien ne m'y en empêchera !

Salut !

Y a des cons dans le milieu, comme partout.
Pour la mauvaise réputation, je confirme. Je ne dis jamais que je fais cette activité quand je prends rendez-vous pour un shooting (urbex ou non d’ailleurs). Les rares fois où je m’y suis risqué, les réactions était soit l’ignorance soit le « Ah ouais, l’urbex... » qui laisse sous-entendre pas mal de préjugés.
Paraît qu’à Noisy, en ce moment, il y a une grande distribution de petits plombs gratuitsFaudra d’ailleurs que j’y retourne, je ne les ai pas eu lors de ma première visite (foirée). Et peu importe si tout le monde y a déjà été, je ne vais dans un lieu parce qu’il n’a été fréquenté que par 5 ou 500 personnes mais parce que ce lieu me plaît.
C’est la bonne démarche quand un spot semble trop casse-gueule. Surtout si vous explorez seule.

Bienvenue au club si je puis dire.
Tout à fait. Et ce ne sont surement pas les commentaires des autres qui doivent vous empêcher de continuer.

Holly Dolly

Merci!
Quand je pars en expédition, je suis accompagnée par 2 autres personnes On s'est crée un petit groupe Urbex bien sympathique C'est grâce à une de ses 2 personnes que j'ai découvert l'Urbex d'ailleurs ...
Comme vous, si j'explore un lieu c'est parce qu'il me plait et non parce que c'est le dernier truc à la mode à ne surtout pas rater! Bien entendu les spots à la mode nous permettent de découvrir des lieux insoupçonnés! Pour Noisy, j'y suis allée le 2 février et coup de chance ... Le garde partait quand nous, nous sommes arrivés! Noisy c'est au petit bonheur la chance ... Une visite que je n'oublierai jamais! Un château merveilleux, personne pour nous embêter! Nous avons fait notre exploration à l'aise sans se retourner toutes les 2 secondes au moindre bruit ... Discrétion de mise bien évidemment! Les commentaires des gens je m'en balance totalement ... L'Urbex je le pratique à bon escient, en étant respectueuse. Je sais que je n'ai rien à me reprocher!

Salut !

Y a des cons dans le milieu, comme partout.
Pour la mauvaise réputation, je confirme. Je ne dis jamais que je fais cette activité quand je prends rendez-vous pour un shooting (urbex ou non d’ailleurs). Les rares fois où je m’y suis risqué, les réactions était soit l’ignorance soit le « Ah ouais, l’urbex... » qui laisse sous-entendre pas mal de préjugés.
Paraît qu’à Noisy, en ce moment, il y a une grande distribution de petits plombs gratuitsFaudra d’ailleurs que j’y retourne, je ne les ai pas eu lors de ma première visite (foirée). Et peu importe si tout le monde y a déjà été, je ne vais dans un lieu parce qu’il n’a été fréquenté que par 5 ou 500 personnes mais parce que ce lieu me plaît.
C’est la bonne démarche quand un spot semble trop casse-gueule. Surtout si vous explorez seule.

Bienvenue au club si je puis dire.
Tout à fait. Et ce ne sont surement pas les commentaires des autres qui doivent vous empêcher de continuer.

Holly Dolly

Ha oui Noisy et son terrain ... Que de souvenirs ! Si vous désirez voir où en est l'état de Noisy, vous pouvez aller voir sur ma galerie FLICKR: www.flickr.com. Les photos datent du 2 février donc toutes chaudes ^^

D'ordinaire, je ne vais pas voir les photos des autres avant d'aller visiter un spot, histoire de garder une part de surprise.
Mais vu que je vois défiler des photos de Noisy depuis des années, ça ne fera pas de mal pour une fois.

Jolies photos ! Et merci pour le lien.
Les voûtes semblent encore là. Par contre, le lieu ressemble de plus en plus au Kasteel van Mesen...
Quoi qu'il en soit, il mérite encore largement un coup d'œil !

Holly Dolly

Merci
Et de rien pour le lien
Le Kasteel Van Mesen, qui n'existe plus il me semble? Oui, Noisy vaut encore le coup d'oeil, ça c'est sûr! J'aurai préféré le voir en des temps meilleurs comme l'Hôtel Rouge mais l'architecture est sublime, le style de ce château est magique! Il est en sursis pour l'instant car le propriétaire avait introduit un permis de démolition mais suite à des manifestations, la région Wallone a stoppé momentanément le permis grâce à une hypothétique demande d'un ministre pour sa sauvegarde au patrimoine wallon ... De plus, un avis défavorable a été émis concernant sa démolition ... Il n'est pas encore sauvé, loin de là mais affaire à suivre ... Si vous avez quelques millions d'euros qui trainent dans un fond de tiroir, c'est le moment où jamais d'investir dans le château de Noisy ... 25 millions d'euros donc 5 à 10 millions à la charge du propriétaire ...!

D’après ce que je sais, il reste du Kasteel Van Mesen ce que l’on voit sur mes photos, c’est-à-dire plus grand’chose qui tienne encore plus ou moins debout. Par contre, plus de chapelle.
J’dois encore aller à l’Hôtel Rouge mais avec les Rambos du dimanche, ça s’annonce chaud.
J’ai aussi suivi l’affaire Noisy. Pour une fois qu’un ministre sert à quelque chose
Pour la rénovation, je peux mettre 3 ou 4 €
25 millions de frais ? Ca me parait un peu énorme...

Holly Dolly

Pour l'Hôtel Rouge, j'ai été un samedi et un dimanche et RAS!

25 millions d'euros ce n'est pas exagéré car à l'intérieur tout est à démolir et à refaire ... Les toitures sont mortes et il faut probablement assainir les murs extérieurs! Sans compter les chassis et portes de ce chateau qui sont sans doutes hors normes! N'oublions pas non plus que l'évacuation des gravats coûtent un os! Et la main d'oeuvre n'en parlons même pas! Et j'en passe! Quand on réfléchit à tous les aspects à prendre en considération pour la rénovation de ce chateau, disons que 25 millions d'euros ce n'est pas exagéré ... Enfin je ne pense pas ^^

Bon à savoir ! Faut dire qu'avec le temps qu'on a en ce moment...
Vu comme ça, c'est vrai que la somme ne paraît plus improbable. N'ayant pas (encore) été sur place, j'ai du mal à me faire une idée de la taille du truc.

- Châtelet

Je ne peux qu'approuver ce qui précède. Tout est dit ! En ce qui me concerne, fini de publier à tout va. Comme toi, je fais cela depuis plus de vingt ans, et j'ai vu une évolution malsaine qui ressemble plus à du consumérisme que de l'exploration. Je ne fais pas partie de ce milieu et je le revendique ! Pour le reste, il faut savoir choisir ses amis, et c'est souvent parmi les "anciens" qu'on les trouve, même si certains nouveaux sont de très bonne surprises (ils se reconnaîtront). Je ne fais que de l'industriel, donc ça limite le champ. Il faut souvent infiltrer, et ça, c'est autre chose que de faire le toutou sur un spot déjà vu mille fois. Il faut faire ça proprement, discrètement, ce qui est trop demandé au flémard lambda. Le péril, à mon avis, vient surtout de l'intérieur. A force de diffuser, échanger, divulguer. Mais je suis sûr que des gens qui ne sont pas des explorateurs nous tracent sur les forums ou les pages FB en se faisant passer pour des urbexeurs, ce afin de repérer des lieux où il y a du cuivre à voler. Sinon, comment expliquer que certains endroits totalement inconnus et stables soient soudainement dépouillés, sitôt leur exploration faite par des urbexeurs en plus grand nombre ?

Hello !

Le consumérisme est partout, c’est désormais intégré à la nature humaine. Faut s’en faire idée et se dire que c’est plié.

Pour ce qui est des amis, j’ai désormais les miens. Après les avoir torturés pendant de longues semaines, je peux affirmer qu’ils sont valables. Sans plus, mais je les garde
Des p’tits jeunes pleins d’avenir, j’en connais aussi.

C’est sûr que l’industriel est un peu plus exigeant que le reste. Perso, j’aime aussi. Ca a un tout autre charme que les maisons, même si ça ne saute pas aux yeux au premier abord.

Comme je le dit à Phileo, ci-dessous, il y un équilibre fragile à garder lors de la parution.
Je suis aussi d’accord sur le fait que le problème soit aussi interne.
Et c’est clair et net qu’il n’y a pas que des gens recommandables qui s’intéressent à l’exploration. Chose confirmée par des rencontres peu fréquentables sur place...
Et il ne faut pas se leurrer, il y a aussi des « emprunteur » parmi les urbexeurs. Là, on peut parler ouvertement de vol.

- D'un peu partout

Slt Josh !
Grandement d'accord avec ton opinion sur l'urbex-family (urbex façon Disney) et les pseudos site de "vrais explorateurs" sous forme de règles de bienséance et de sacro-saint code d'explorateurs chevronnés.

Mais je me permettrais ici de pousser le bouchon un peu plus loin.
Ne sommes-nous pas tous des produits de nos propres règles ?
Ne sommes-nous pas (individuellement) la ou une des cause de ce terrible embrasement populaire ?

Nous véhiculons tous via nos expositions, nos sites internet, blogs et autres réseaux sociaux nos images et avec elles les interrogations et tentations qu'elles véhiculent.

Nous suggérons l'envie pour ces personnes qui veulent vivre de nouvelles expériences.

Cela est différent pour chacun d'entre nous : la beauté de l'image, l'interdit, le devoir de mémoire, l'aventure, le risque, l'histoire, le voyage, l'amitié, les rencontres, l'accumulation de lieux, la frénésie du rythme.

Il est évident que sans règle tout s'écroule, tu l'as très bien expliqué.
Mais poser des règles sur une passion qui prône l'anticonformisme
Est-ce la bonne solution ?
Est-ce suffisant de parler des risques encourus lors de pratiques extrêmes tels que l'urbex ? Est-ce seulement persuasif ?

A te lire et à voir ce qui ce passe dans certains lieux "à la mode". J'en doute.

Nous avons tous l'impression d'opérer et de pratiquer l'urbex dans les "meilleurs conditions".
Nos "meilleurs conditions". Nos "règles".
Longtemps je me suis permis de critiquer certains urbexeurs qui n'exerçaient pas selon mes convictions. Mais j'étais dans l'erreur.

Nous sommes tous identiques et différents à la fois...

Après tout, notre but n'est-il pas de laisser une trace de notre passage ?
Afin de prouver notre existence.

Je suis responsable ! Nous le sommes tous...

Hello !

Ca faisait un bail
Si, bien sûr que nous sommes tous en partie responsable de la situation actuelle. D’une manière ou d’une autre, mais peu importe.
Ce qu’il faut, c’est tenté de garder un équilibre entre exposition des spots et ce qu’on garde sous clef pour garder l’anonymat de ces spots. Et ce n’est jamais facile...

Et comme tu le dis, chacun a sa motivation pour l’urbex. A part celle d’engranger un max de spots pour garnir son tableau de chasse, elles sont toutes honorables.

Pour ce qui est de l’anticonformisme, celui-ci a toujours été justement à la mode. Jusqu’au moment où il tombe en désuétude et ceux qui sont en quête de cet anticonformisme se tourneront vers autre’chose. Pour le moment, l’urbex semble être au summum de la mode. D’ici quelques temps (mois, années ?), il retombera dans l’anonymat qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Un domaine, n’importe lequel, sans aucune règle n’a aucune chance d’être viable. Il en faut toujours un minimum. Trop de règles seraient de toute manière inutiles puisqu’elles ne seraient pas suivies. Un peu de bon sens devrait normalement suffire. A part les règles élémentaires de prudence et de préservation, je n’en vois pas d’autres. Et qui pour édicter ses autres règles ? Personne.

Heureusement que nous sommes tous différents, sinon ça serait d’un chiant

Laisser une trace de notre passage ? Oui et non.
Visiter un lieu, c’est le mettre en « vedette ». Et ce n’est pas pour me mettre en vedette que je visite ce lieu, même si en le visitant, je le fait sans en avoir l’intention.
(Me demande parfois si ce que j’écris a du sens...)

Nous sommes coupables ! AU BUCHER !


2000