T&T

A notre époque où beaucoup s'émerveillent sur les prouesses architecturales modernes, je suis plutôt d'avis que ce qui est créé de nos jours ne vaut rien. Les nouvelles constructions qui poussent anarchiquement partout (tant à la ville, qu'en banlieue ou même à la campagne), je les considère, au mieux comme inutiles, au pire comme étant des véritables verrues visuelles.
Le premier exemple qui me passe par la tête est le célèbre (on se demande pourquoi...) architecte espagnol Caca... pardon... Calatrava. Ses leitmotiv peuvent se résumer ainsi : blanc, pompeux, qui part dans tous les sens et absolument pas fonctionnel. Après avoir défiguré tout un quartier à Liège avec la gare des Guillemins, le sieur a été « désigné » auteur d'une nouvelle monstruosité à Mons, toujours en plantant une nouvelle gare immonde qui détonne complètement avec la place sur laquelle elle est érigée. Je n'aborderai pas ici les dépassements budgétaires dont se rend coupable Calatrava, ni sur la lenteur du chantier ou encore sur la manière dont il a hérité du projet. Di Rupo Ier doit en savoir davantage que moi...

Ainsi donc, je n'aime pas l'architecture contemporaine. Semblant plus issue d'un cerveau d'ingénieur plutôt que de l'inspiration d'un artiste, les créations modernes me semblent agressives et envahissantes. Tout le contraire du lieu visité aujourd'hui.
Pourtant, rien ne semble être chaleureux ou harmonieux dans cette immense halle, du moins au premier coup d'œil. En étant un peu plus attentif, on remarque vite que tous les éléments structurels sont finement décorés, et que malgré la taille du bâtiment, on ne s'y sent pas écrasé. Sans parler du fait que plus de cent ans après sa construction, la halle est encore en parfait état de conservation.

Construite au tout début du XXe siècle, la halle T&T fait partie d'un vaste domaine ferroviaire abandonné depuis la fin des années 80. Si certaines parties ont été rénovées et réaffectées, la halle attend toujours une bonne restauration et une nouvelle attribution qui pérennisera son futur.
Abritant quelques associations et diverses expositions, elle n'est oubliée qu'une partie du temps. Espérons qu'elle ne finira pas en mitraille et remplacée par une erreur architecturale moderne.

T&T

La halle est divisée en sept nefs.
Seules quelques-unes sont totalement vides.

T&T

 

T&T

 

T&T

Tout y est équilibré et sans démesure.

T&T

 

T&T

T&T est un fleuron de la révolution industrielle belge.

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

Le genre de détail totalement passé de mode.

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

Ici, la couleur est superflue.

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

Le temps qui passe ne semble pas avoir d’emprise sur l’immense bâtiment.

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

 

T&T

Et on reprend la route pour d’autres lieux.

31

mai 2015

Retour