Tournai

Première véritable sortie photo. Plutôt que de shooter ma ville, je préfère aller jusque Tournai.
En effet, cette dernière est légèrement plus attirante pour la photographie que Mouscron. Quoique...

Une bien jolie ville mais qui laisse cependant un goût amer.
La voiture y est omniprésente (jusque dans les moindres recoins, mis à part quelques rues piétonnes) et, bien qu'elle s'autoproclame ville touristique, elle laisse son patrimoine historique (en particulier les édifices religieux) dans un état plus qu'inquiétant (cf. l'église Sainte-Marguerite).
Une restauration de la cathédrale a enfin débuté mais il aura fallu une tornade et un sérieux risque d’effondrement pour que les autorités se penchent enfin sur son cas.

Blason de Tournai

Les armes de la ville de Tournai

Sinon, point de vue photographique proprement dit, j’ai encore de sacrés progrès à faire.
Il va peut-être être sage aussi de m’équiper d’un véritable appareil photo.

Tournai

La façade principale de la cathédrale, Place de l'Évêché. L'élément le moins authentique de la cathédrale puisque modifié au XIIIe (fenêtre gothique), XVe (porche) et XIXe siècle (rosace en remplacement de la fenêtre gothique).

Tournai

La Fausse Porte surmontée de la chapelle Saint-Vincent, qui relie la cathédrale au palais épiscopal.

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

Vitraux dans la chapelle Saint-Louis.

Tournai

 

Tournai

Les fouilles à l'entrée du transept.

Tournai

Le transept. C'est ici qu'est apparu les premiers éléments gothiques dans la cathédrale.

Tournai

Le jubé, œuvre de l'anversois Corneille "Floris" de Vriendt (1572).

Tournai

Le collatéral droit du chœur, seule partie accessible depuis 1999.

Tournai

L'entrée du chœur et ses échafaudages.

Tournai

 

Tournai

La nef romane (XIIe siècle).

Tournai

 

Tournai

Une structure simple mais harmonieuse.

Tournai

 

Tournai

Les vitraux gothiques datent pour la plupart du XIXe siècle.

Tournai

Le chœur gothique (1243-1255), entièrement étançonné.

Tournai

 

Tournai

La structure qui permet au transept de resté debout.

Tournai

Vestige de polychromie à la croisée du transept.

Tournai

La rosace néogothique, conçue pour être en harmonie uniquement vue de l'intérieur. Son intégration dans la façade extérieure laisse quelque peu à désirer.

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

La croisée culmine à 50 mètres de haut.

Tournai

Au-dessus, la tour lanterne, la plus ancienne des cinq tours.

Tournai

 

Tournai

Le portail du Capitole. La galerie qui surplombe la porte depuis le XVIe siècle permettait au juge ecclésiastique d'assister aux exécutions et châtiments.

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

L'extérieur de la nef, vue depuis le Vieux Marché aux Poteries.

Tournai

La tour de la Treille, et à ses pieds, la chapelle Saint-Louis.

Tournai

Le chœur et ses carcans métalliques.

Tournai

De gauche à droite : la tour de la Treille, le transept et la tour Marie. Les quatre tours n'existaient pas dans le projet initial : il était prévu d'élever deux tours de part et d’autre de la façade principale, en plus de la tour-lanterne.

Tournai

Le chevet du chœur. Ce chœur gothique a remplacé le chœur roman d’origine moins d’un siècle après sa construction.

Tournai

La tour Saint-Jean et l'accès au chantier de stabilisation.

Tournai

Les chapelles latérales du chœur.

Tournai

Un vestige du chœur roman ? Je n’ai jamais trouvé dans la littérature l’origine de ces vieux murs.

Tournai

La tour Saint-Jean, le transept et la tour Brunin depuis la Place Paul-Émile Janson.

Tournai

Sous les bâches, la Porte Mantille.

Tournai

La nef, et devant, l'espace vide laissé par la démolition de la chapelle paroissiale Notre-Dame dans les années 50. Cette démolition s’avèrera néfaste pour la stabilité de la Tour Brunin et du transept.

Tournai

La couronne de tours au-dessus du transept.

Tournai

Le palais épiscopal.

Tournai

Fragment roman du palais épiscopal (1146).

Tournai

 

Tournai

La partie renaissance du palais, Rue des Orfèvres. Cette partie a autrefois abrité les États du Tournaisis.

Tournai

Toujours sur la Place de l'Évêché, l'Hôtel des Anciens Prêtres (1755-1760). On y trouvait avant la bibliothèque capitulaire dont les collections furent presque entièrement détruites lors des bombardements de mai 1940.

Tournai

La Fausse Porte. Ce passage construit en hauteur fut édifié en 1198 à la demande de l'évêque Etienne d'Orléans.

Tournai

Vue classique de la cathédrale depuis la Grand'Place.

Tournai

Depuis la Place Reine Astrid cette fois.

Tournai

Toujours sur la Place Reine Astrid : le conservatoire (dans un état lamentable) et le beffroi.

Tournai

Doyen des beffrois de Belgique, son étage inférieur date du XIIe siècle. En 1294, il est rehaussé pour permettre aux guetteurs de voir par-dessus le tout nouveau chœur de la cathédrale.

Tournai

Rue Saint-Martin, l’entrée de l’ancienne abbaye, reconvertie de nos jours en Hôtel de Ville.

Tournai

 

Tournai

Le porche de l’Hôtel de Ville. A son sommet, le blason abbatial a été retiré pendant la Révolution française.

Tournai

 

Tournai

L’ancien palais abbatiale (1763), aujourd’hui devenu l’Hôtel de Ville. L'ancienne abbaye bénédictine Saint-Martin (fondée au XIe siècle) sera supprimée en 1797. La plupart des bâtiments, notamment l'église, seront détruits par les révolutionnaires.

Tournai

Reconstitution du cloître gothique du XVe siècle. Seules les caves romanes du palais sont d’origine.

Tournai

Le parc communal.

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

L'un des (peu fringuant) pavillons de l'Hôtel de Ville. Comme partout à Tournai, la voiture est omniprésente.

Tournai

La Place Reine Astrid depuis l’Hôtel de Ville. Ce quartier a été entièrement reconstruit après les ravages de la Seconde Guerre Mondiale.

Tournai

Devant l’Hôtel de Ville, la statue du peintre tournaisien Louis Gallait (1810-1887) qui fut également aquarelliste et graveur.

Tournai

Le square est agrémenté de deux belles fontaines.

Tournai

Vestige de la première enceinte communale (XIIe siècle) sur la Place Reine Astrid.

Tournai

Cette place était autrefois occupée par le deuxième Hôtel de Ville de Tournai, la halle des Consaux (démolie en 1818).

Tournai

Changement de décor : la Tour Henri VIII. Vestige de la seconde enceinte communale (XIIIe siècle).

Tournai

Elle abritait jadis le Musée d'Armes et d'Histoire Militaire.

Tournai

 

Tournai

Ses murs de six mètres d'épaisseur sont faits de pierre importée d'Angleterre. Tournai a été la seule ville de Belgique sous occupation anglaise.

Tournai

Le parc établit sur les anciennes douves de l'enceinte communale.

Tournai

L'église Saint-Nicolas (XIIe siècle), un bon exemple de gothique scaldien.

Tournai

La nef gothique, terminée avant 1213, est intéressante par ses colonnes à chapiteaux tournaisiens qui sont considérés comme les premiers de la vallée de l'Escaut.

Tournai

L'église renferme de belles boiseries Louis XIV et de nombreux ex-voto. L'Eglise Saint-Nicolas a été l'objet d'une restauration en 1982. Elle sert aujourd'hui de lieu d'expositions et devrait être réaffectée pour le culte orthodoxe.

Tournai

 

Tournai

 

Tournai

L'église Sainte-Marguerite sur la Place de Lille. Ancienne église abbatiale, elle devint paroissiale en 1803.

Tournai

Le début de la construction date du XIIIe siècle et se poursuit encore au milieu du XIVe siècle par la construction de la tour.

Tournai

Incendiée en 1723, on ne conserve de l'ancienne église que la tour, surmontée d'une nouvelle flèche à bulbe. Le reste (dont le portail) est reconstruit en style néoclassique.

Tournai

Si la tour a été restaurée en 1968 et le portail en 1998, le reste du temple a été laissé dans un abandon total depuis 1965.

Tournai

 

Tournai

Le chœur, ou du moins ce qu'il en reste.

Tournai

Avec l'église Sainte-Marie-Madeleine, elle est celle qui inquiète le plus par son état de "conservation". La Ville de Tournai a un réel problème avec son patrimoine architectural.

Tournai

 

Tournai

Probablement la sacristie, dans la Rue As-Pois.

Tournai

Vue de la toiture, par-dessus les maisons du Boulevard Bara...

Tournai

... et ce qui devait arriver arriva : l'effondrement d'un pan entier de la toiture.

Tournai

L'Escaut vers le Pont des Trous (1281-1304) faisant partie de la deuxième enceinte communale.

Tournai

Le Pont de Fer, le bien nommé.

Tournai

L'Escaut vers le Pont Notre-Dame.

Tournai

L'église des Rédemptoristes (XIXe siècle, néo-roman), récemment désacralisée.

Tournai

Des maisons classées sur les quais. Elles sont dans cet état pitoyable depuis des années.

Tournai

L'Escaut et le Pont de Fer.

Tournai

 

Tournai

Le Pont-à-Pont.

Tournai

La Passerelle Notre-Dame.

Tournai

Le Pont Notre-Dame relevé, datant des années 50.

Tournai

 

Tournai

Une péniche file vers le nord. Bye bye Tournai.

28

septembre 2007

Retour


Commentaires • Comments

Pas encore de commentaire.
No comment yet.

1000