Eglise du Christ-Roi II

Suite et fin de ce petit reportage sur l’église du Christ-Roi d’Herseaux. Cette suite aurait dû arriver beaucoup plus vite mais divers empêchements ont modifié le planning initial.
Soit, la boucle est bouclée et c’est le principal.

J’aurais voulu explorer les combles en détail mais ce fût malheureusement impossible. L’explication se trouve en regard du seul cliché (complètement pourri... désolé) de ces combles.
Après mon refus de monter au sommet de l’échafaudage, voici ma deuxième erreur sur le même site. On ne m’y reprendra plus !

La visite fût agréable, Monsieur Renard me laissant une totale liberté dans l’édifice, tout en répondant à mes questions. Je l’en remercie. De plus, il n’a pas hésité à monter une nouvelle fois au sommet du clocher1 pour permettre la réalisation de ce shooting.

Eglise du Christ-Roi II

Le parvis de l’église, rue du Petit-Audenarde, du nom du quartier. Les décorations de Noël ne semblent pas vouloir prendre de vacances...

Eglise du Christ-Roi II

Une seule année aura suffi à sa construction. Délai impossible à imaginer de nos jours...

Eglise du Christ-Roi II

Le clocher débarrassé de son carcan métallique.

Eglise du Christ-Roi II

Bien que de modeste superficie, l’église dégage une impression d’espace.

Eglise du Christ-Roi II

Le chœur. Les trois arcades représentent la Sainte Trinité, aussi symbolisée dans la rosace par les trois cercles entrelacés.

Eglise du Christ-Roi II

Le soleil baignant les murs de briques de la nef.

Eglise du Christ-Roi II

La croisée. Les panneaux plus sombres correspondent à des réparations effectuées suite aux dégâts causés par la grande tempête du début des années 90.

Eglise du Christ-Roi II

Autre vue de la croisée. Les grands arcs en briques sont en fait la structure en béton armé présente dans tout l’édifice.

Eglise du Christ-Roi II

Le chœur vu du transept.

Eglise du Christ-Roi II

Détail sur la naissance d’une voûte.

Eglise du Christ-Roi II

Le grand vitrail de la façade. A sa gauche, l’orgue, régulièrement utilisé.

Eglise du Christ-Roi II

La nef à contre-jour.

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

Le cierge pascal.

Eglise du Christ-Roi II

Une nef latérale. L’église ayant la forme d’une croix grecque, la nef est relativement courte.

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

Jeu d’ombre et de lumière.

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

Les vitraux. Toujours très colorés, ils ont été installés lors de la construction de l’église.

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

La chapelle d’hiver. Un incendie dans les années 70 a endommagé les voûtes. Un faux-plafond les dissimule désormais.

Eglise du Christ-Roi II

Un bas-relief marial au-dessus de la porte de la chapelle d’hiver.

Eglise du Christ-Roi II

La plaque de l’inauguration, du temps où Herseaux faisait encore partie de la province de Flandre Occidentale.

Eglise du Christ-Roi II

Le tabernacle. Il est en cuivre repoussé.

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

Les arcs des voûtes constituent le squelette de l’édifice.

Eglise du Christ-Roi II

Le sommet des voûtes. Des lambris auraient dû combler les caissons. A la place, on y plaçait des panneaux de bois. Ce qui fût provisoire devint définitif.

Eglise du Christ-Roi II

La seule image du comble. Mon vertige, l’exigüité et l’absence de rambarde m’ont empêché d’aller plus loin. Un faux mouvement ici et on s’écrase 20 mètres plus bas.

Eglise du Christ-Roi II

Arrivée dans la salle des cloches... où il n’y en a qu’une. Le beffroi est en poutres IPN.

Eglise du Christ-Roi II

La cloche est tintée par le marteau (à droite) pour marquer les heures tandis qu’elle part en volée (le volant est visible à gauche) pour les grandes occasions.

Eglise du Christ-Roi II

Signature de la cloche : « FR SERGEYS M A FONDUE A LOUVAIN EN 1937 ». Fernand-François Sergeys faisait partie d’une dynastie de fondeurs présente du début du XXe siècle aux environs de 1979. Les cloches Sergeys se retrouvent dans tout le pays.

Eglise du Christ-Roi II

Les abat-sons grillagés (visibles de l’extérieur dans la 1ère partie de ce reportage). La quantité de guano dans la tour est très faible. Quelques cadavres de pigeons ont néanmoins été retrouvés.

Eglise du Christ-Roi II

La structure en béton armé de la tour. Elle se retrouve à chaque étage. Visiblement, le béton commence à vieillir un peu. Au-dessus, on se retrouve dans la flèche.

Eglise du Christ-Roi II

La charpente de la flèche. Tout juste restaurée, elle est dans un état impeccable.

Eglise du Christ-Roi II

 

Eglise du Christ-Roi II

L’inscription mystérieuse sur la charpente. Peut-être la signature d’un charpentier, elle a été réalisée en clous d’ardoise.

Eglise du Christ-Roi II

Fin de la visite.

4

octobre 2010

Retour
1ère partie


Note

  1. Les informations sur le fondeur de la cloche ont été trouvées ici.