DPLM

C’est le week-end de Pâques. Si la plupart d’entre vous s’amusent à chercher des œufs en chocolat dans le jardin, j’ai préféré aller visiter un ex-fleuron de l’industrie locale.
Visite peu commune puisque le spot du jour n’a que 16 petites années d’existence. Mais déjà abandonné.

Il s’agit d’un dry port comme il en existe des dizaines dans le pays.
Inauguré en 1997, celui-ci semble déjà condamné. Si le ballet des grues et des containers était encore actif l’année passée, l’abandon semble aujourd’hui de mise.
A qui la faute ? A la crise plus que probablement. Mais peut-être aussi à la conception même du lieu. Après une quinzaine d’année d’exploitation, la plateforme multimodale est défoncée de partout. Et les accès semblent bien trop étroits pour les camions qui doivent s’y rendre.

De l’activité passée, il ne reste plus que quelques containers oubliés, des locaux n’offrant aucun intérêt et un magnifique terrain de jeu pour les lapins du coin.
Bref, encore un probable beau gâchis...

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

 

DPLM

Fin.

31

mars 2013

Retour