Bosuilstadion

De l’Enfer de Deurne vers un théâtre aseptisé.
De la prestigieuse enceinte qui accueilli le replay de la finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe 1964, l'Euro 72 et d’innombrables derbys des Plats Pays, il n’en reste qu’une tribune.
Mais pour combien de temps ? En effet, le vieux stade de Deurne est de plus en plus menacé.

Bosuilstadion

Le doyen des clubs belges sans domicile fixe

Royal Antwerp FC Porté sur les fonts baptismaux en 1880, le Royal Antwerp Football Club mettra plus de quarante ans avant de se trouver un foyer définitif.
Déménageant à cinq reprises, les Rouges et Blanc évolueront successivement sur les terrains suivants : Wilrycksche Plein dans le quartier du Kiel (1880-1893), Transvaalstraat à Berchem (pendant deux ans), sur un terrain proche du vélodrome Zurenborg à Berchem (toujours pendant deux ans), dans ce vélodrome même (1897-1903), Kruisstraat au Kiel (1903-1908) et enfin dans le stade de la Broodstraat, toujours au Kiel (1908-1923). Il est amusant de noter que par trois fois, les Sinjoren ont joué dans le quartier de leur rival historique, le Beerschot.
Même si l’Antwerp n’a joué aucun rôle significatif avant-guerre, le matricule 1 était soutenu par une foule de plus en plus nombreuse. Il était grand temps pour le club de s’ancrer dans une grande enceinte afin de fidéliser ce public qui ne lâchera plus le club.
C’est chose faite en 1923 quand la direction achète un terrain de 30 hectares dans la commune de Deurne. Cet achat, à un prix défiant toute concurrence, sera à l’origine d’une discorde qui deviendra un mal endémique à l’Antwerp. Alors que seuls 8 hectares étaient nécessaires à la construction du stade, plusieurs administrateurs estimèrent qu’il valait mieux acquérir un plus grand terrain pour favoriser l’éclosion d’une activité commerciale autour du club, chose qui était formellement interdite par l’Union Belge à l’époque ! La tendance amateur contre professionnalisme continuera de plus belle jusqu’à l’explosion qui conduira l’Antwerp en léthargie pour quelques années. Parallèlement, un nouveau club amateur fut fondé (dénommé sobrement « l’Antwerp ») et prit la place du matricule 1 dans les travées du Bosuil. Heureusement, les différents finirent par s’estomper et le club put fêter sereinement son premier titre de Champion de Belgique en 1929.

Bosuilstadion

60.000 places

Le Bosuil fut inauguré le 1er novembre 1923 à l'occasion d'un match amical Belgique-Angleterre (2-2). Les concepteurs de l’époque n’ont pas oublié l’esthétique du stade : la tribune 1 a de petits accents d’Art Déco tandis qu’une élégante colonnade grecque domine la tribune 2. Cette dernière disparaitra dès 1930 et sera remplacée par une toiture recouvrant la tribune 2.
Des 38.000 places d’origines, le stade est rapidement adapté en 1936 pour accueillir jusque 50.700 personnes. Cet agrandissement est justifié par la tenue de l’annuel derby des Plats Pays. Chaque année, la Belgique reçoit son voisin néerlandais pour des matches qui ne se sont révélés que rarement paisibles. C’est à cette époque que le stade gagne son surnom d’« Enfer de Deurne ».
Le stade se compose alors d’une tribune principale assise et d’une série de gradins entourant le terrain sur trois côtés. La tribune 1 peut accueillir 7.000 personnes en places assises, la tribune 2 13.000 et les deux tribunes de buts abritent environ 32.000 places debout.
A cette époque, seul le stade du Heysel possède une capacité équivalente en Belgique.
En 1956, la capacité augmentera encore avec la construction du troisième étage des tribunes de buts. La capacité maximale est alors atteinte : 60.000 places.

Entretemps, trois nouveaux sacres nationaux viendront garnir la vitrine à trophée du Great OId (1931, 1944, 1957).
Ce dernier sacre permet à l’Antwerp de faire ses premiers pas dans la nouvelle compétition continentale crée par l’UEFA : la Coupe des Clubs Champions. En guise d’entrée en matière, les anversois seront plus que gâtés puisqu’ils affronteront ni plus ni moins que le grand Real de Madrid. Ce premier match constituera d’ailleurs le record d’affluence pour l’Antwerp : 55.000 personnes. Si la résistance de l’Antwerp permet de n’être battu que sur le fil (1-2), le match retour à Chamartin sera, par contre, une véritable punition : un cinglant 6-0.
Par la suite, d’autres grands noms viendront se frotter à l’ambiance infernale de Deurne dans le cadre de joutes européennes, avec des fortunes diverses pour les anversois.
La bonne qualité des installations et la réputation de l’ambiance conduiront l’UEFA à désigner le Bosuil comme cadre du replay de la finale de la Coupe des Coupes 1964. Si la première manche (jouée au Heysel de Bruxelles) entre le Sporting Lisbonne (Portugal) et le MTK Budapest (Hongrie) s’était soldé par un 3 - 3, la seconde manche verra les lisboètes triompher par 1 à 0. Malheureusement, cette finale ne sera suivie que par 18.000 malheureux spectateurs.

Euro 72 En 1972, la phase finale du Championnat d'Europe de Football (que l’on appelle aujourd’hui l’Euro) sera organisée en Belgique.
En compagnie du Bosuil, le Heysel, le Parc Astrid (tous deux à Bruxelles) et Sclessin (Liège) abriteront les sept matches de la compétition.
La demi-finale entre la Belgique et l’Allemagne de l’Ouest établira le record d’affluence pour le stade : 56.000 spectateurs. Mais ce match sera aussi synonyme d’élimination pour les Diables Rouges (1-2). Les belges obtiendront néanmoins une troisième place honorifique après une victoire 2-1 face à la Hongrie, à Sclessin.
Quant à la finale, elle opposera la RFA à l’URSS au Heysel (score 3-0 pour les allemands).

Royal Antwerp FC Concernant l’Antwerp, Deurne deviendra célèbre comme étant le théâtre du « Miracle de Vitosha ».
Pendant la saison 1989-1990, l’Antwerp atteignit les quarts de finale de la Coupe de l'UEFA. Après un partage (0-0) contre le Vitosha Sofia en Bulgarie, les Rouges et Blancs avaient pris une option sur la qualification pour le tour suivant. Las, le match au Bosuil tourna rapidement à la confusion et les anversois seront menés 1 à 3 à une petite minute du terme de la rencontre.
Ajoutant à la démobilisation des joueurs belges, l’Antwerp fut réduit à 10 après la blessure du capitaine Francky Dekenne (les trois changements avaient déjà eu lieu). Miraculeusement, l’arbitre ajouta 6 minutes de jeu et l’impensable arriva : Nico Claesen ramena le score à 2-3 puis la folie s’empara du Bosuil. Trois nouveaux buts s’empilèrent dans la cage du malheureux gardien bulgare (par l’inévitable Claesen et le vétéran Raphaël Quaranta). Score final 4-3 ! Dopés par ce résultat inespéré, les anversois bouteront hors de la compétition Dundee United et le VfB Stuttgart.
En quart de finale, le FC Cologne se révélera être un os trop dur à ronger pour l’Antwerp. Il n’empêche que le résultat contre le Vitosha avait fait le tour de l’Europe. Désormais, l’Antwerp avait sa place sur la carte du foot européen.

Bosuilstadion

Délabrement

Si l’aspect sportif allait relativement bien pour l’Antwerp, les infrastructures souffrirent d’un manque total d’entretien.
Fin des années 80, la partie supérieure (et donc la plus récente) des tribunes de buts présente d’inquiétants signes de fatigue. Les gradins du haut sont donc fermés et la capacité d’accueil ira forcément en diminuant.
Le 14 mai 1991, l’Antwerp joua sa dernière rencontre dans un Bosuil ayant sa forme historique (match amical contre le club marocain d'IRT Tanger). Dès le lendemain, les bulldozers démolirent la tribune côté Deurne (celle de droite lors des matches télévisés). Quatre mois plus tard, fut inauguré l'Atrium Complex avec 800 business-seats.
De plus, l’hooliganisme faisait des ravages à cette époque et un sérieux compartimentage des supporters était d’application dans l’enceinte. Résultat, la capacité tomba à 20.300 places.

Après quelques saisons mi-figue mi-raisin, l’Antwerp se retrouve sur le devant de la scène (tant belge qu’européenne) en remportant sa deuxième Coupe de Belgique en 1992 (la première avait été gagnée en 1955). Après une finale acharnée contre le Club Malinois (22 tirs au but furent nécessaires pour désigner le vainqueur), la Coupe des Coupes retrouva le valeureux matricule 1. Après avoir disposé des clubs de Glenavon FC, Admira Wacker, Steaua Bucarest et du Spartak Moscou, les anversois croiseront le fer avec les italiens de Parme. La finale, cette année-là avait lieu dans le mythique Wembley, Londres voyant, pour l’occasion, le débarquement de 20.000 supporters anversois. Mais Parme était trop fort et l’Antwerp retourna au Bosuil avec une défaite 3 - 1 dans les valises.
Cette finale sera la dernière disputée par un club belge... L’âge d’or de l’Antwerp était par la même occasion derrière lui.

Si quelques rencontres d’Intertoto auront encore lieu fin des années 90, l’Antwerp glissera irrémédiablement vers les problèmes.
L’an 2000 aurait dû être celui du renouveau pour le Bosuil. L’Euro 2000 avait été organisé conjointement par la Belgique et les Pays-Bas et fort logiquement, une ville comme Anvers avait été associée au projet. Malheureusement, des querelles intestines entre le club et la ville pousseront l’organisation de l’Euro à éjecter Anvers. Des plans avaient été dessinés mais jamais les travaux ne démarreront.
Royal Antwerp FC Pire, la tribune debout (côté Merksem) est fermée par la ville, ce qui oblige les Rouges et Blancs à devoir disputer les premiers matches de la saison 1997-1998 hors de leur domicile. Ce début de compétition chaotique sera fatal au club et une chute en division 2 attendra les anversois en fin de saison. La saison suivante en D2 verra le stade être amputé de la tribune incriminée. Heureusement, l’Antwerp remonte de suite en première division.
Mais le ver était dans le fruit : les finances sont dans le rouge et plusieurs fermetures du stade interviennent (chute d’une partie de la toiture de la grande tribune latérale, effondrement d’un pylône d’éclairage suite à une tempête, grillages de sécurité non conformes). Une nouvelle tribune de 3.000 places assises est néanmoins construite derrière le but. Par la suite, une nouvelle relégation sportive pousse les anversois hors de la D1.

Bosuilstadion

Dans l’antichambre de l’élite

Entre 2004 et 2016, le glorieux club anversois végéta en deuxième nationale.
Entre les luttes de pouvoir et les soucis financier, l’Antwerp parvient tout de même à vivre des saisons tranquilles sur le plan sportif, avec de temps à autre une qualification pour le Tour Final.
Ce séjour forcé au second niveau de la compétition oblige le club à devoir rester avec ce stade devenu franchement vétuste. Un petit rafraichissement a eu lieu en 2008 mais l’illusion ne dura guère.
Et pourtant... Si l’amateur de ballon rond voulait découvrir le dernier vrai stade en Belgique, c’est bien au Bosuil qu’il l’aurait trouvé. Ici, les traditions sont encore plus que vivaces, on sent que le lieu a un grand vécu et l’ambiance de match reste toujours aussi chaude.
Malgré des résultats globalement décevant, le matricule 1 a pu, compter sur une moyenne de 6.000 spectateurs. Tous les clubs de D1 ne peuvent pas en dire autant.

Pour ce qui est des infrastructures, une fermeture de la tribune principale tombera en 2014.
Seules les parties sous les gradins (vestiaires, buvettes, bureaux) étaient encore accessibles mais les gradins et l’installation électrique ont été déclarés dangereux. De plus, la toiture n’en était plus une.
Immédiatement, le club prend les choses en main et rénove le bloc E, réservé aux visiteurs. Las, les autorités n’accordent toujours pas la réutilisation de la tribune principale : une rénovation du bâtiment en profondeur devint une nécessité. Plutôt que de tout démolir, le club a une solution pour le moins originale : les murs sont conservés, la toiture rénovée mais les gradins en béton sont démolis et remplacés par une structure métallique.
L’inauguration eut lieu en avril 2015. L’esthétique de la nouvelle tribune pouvait prêter à sourire mais qu’importe, l’Antwerp récupérait l’usage de sa vénérable tribune principale. La capacité du stade chute à 12.975 places.

Le centenaire du stade arrivait tout doucement et l’on aurait pu espérer le fêter dans les installations d’origine, ce qui aurait immanquablement été un cas unique. Malheureusement pour les vieux murs, le niveau sportif repartait à la hausse et le retour en D1 du Great Old pu enfin être célébré à la fin de la saison 2015-2016.

Bosuilstadion

Démolition d’une tribune tout juste rénovée

La saison 2016-2017 voit le retour en Division 1 du doyen des clubs belges. Enfin !
Mais l’Antwerp n’en était pas quitte de ses soucis d’infrastructures. Les autorités n’accordèrent pas d’autorisation à l’utilisation de la tribune principale pourtant fraichement rénovée. Une aberration !
L’Antwerp n’eut d’autre choix que dire adieu à sa relique et de tout démolir. En quelques 20 semaines, une toute nouvelle (et immense) tribune sort de terre : 5.600 places assises, loges et business-seats et un restaurant de 700 places. Une fois inaugurée, le projet de reconstruire les trois autres tribunes apparût rapidement.
Vu la présence de loges et de business-seats dans la nouvelles tribune principale, l’Atrium Complex est devenu superflu : il sera démoli en 2019. Restera ensuite la tribune érigée en 2001 et enfin la vénérable tribune 2, l’âme du Bosuil. Une fois cette dernière disparue, l’Enfer de Deurne ne sera plus qu’un souvenir et les supporters de l’Antwerp devront se contenter d’une arène moderne comme il en existe des centaines d’autres.
L’ère des stades de football est révolue, place aux théâtres aseptisés.

Bosuilstadion

Vélodrome Zurenborg (1897-1903).

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Broodstraat Stadion, capacité de 5.350 places (1908-1923).

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Début de la construction du Bosuil en 1923. Cette structure restera debout jusqu’en 2015.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le Bosuil lors de son inauguration, en 1923.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune principale, et son plan d’eau.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune principale, construite en « pierre artificielle armée ».

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Une longue façade avec quelques soupçons d’Art Déco.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le monument érigé en l’honneur des membres du Royal Antwerp FC morts pendant les deux guerres mondiales. Scandaleusement démoli en 1980.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Vue aérienne du stade en 1930, peu avant les premiers travaux d’agrandissement. La colonnade a déjà disparu.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Les travaux d’agrandissement en 1936.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La capacité d’accueil passe de 38.000 à près de 50.700 places.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Juste après les premiers travaux d’extension, en 1937.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Festival de gymnastique organisé par la Jeunesse Catholique Anversoise le 11 juin 1949. On pouvait y compter jusque 20.000 participants.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le stade de Deurne durant Belgique-Pays-Bas (2-0) le 16 avril 1950 avec 45.432 spectateurs présents.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Un des traditionnels Belgique - Pays-Bas en 1956 (0-1).

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Lors d’un match en 1957. Le troisième étage des tribunes de buts vient d’être construit l’année précédente.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La structure massive du stade depuis la Jan Welterslaan.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le 11 octobre 1961 l’éclairage est inauguré. Cette installation moderne et puissante (500 lux) restera en fonction jusqu’en 2017.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Un autre traditionnel derby Belgique-Pays-Bas durant les années 60. Le dernier derby se jouera ici en 1977 (0-2).

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le Bosuil prêt à accueillir l’Euro 72.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le nouveau marquoir, installé en 1977.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

En 1987, et pour la dernière fois, la grande foule se presse au Bosuil pour assister à la victoire de l’Antwerp face à Anderlecht (2-0). On compte environ 40.000 personnes dans les gradins.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

L’une des dernières vues du Bosuil entièrement opérationnel.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

A la toute fin des années 80, les tribunes de buts en partie condamnées. C’est le début de la fin pour le Bosuil.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

 

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune principale, inchangée depuis 1923.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune 3 côté Merksem. Après le 3ème étage fermé, c’est au tour du second à être condamné. L’état du stade se dégrade de plus en plus.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune 3 depuis l’Oud Bosuilbaan.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune 4 côté sud, juste avant sa démolition en 1991. Le stade perdra sa forme historique à ce moment-là et la capacité tombera à 20.300 places.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

En quelques mois, l’Atrium Complex est ouvert. Abritant 800 business-seats, ce bâtiment défigurera le Bosuil pendant 28 ans.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

L’Atrium Complex durant les années 2000.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

 

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Démolition de l’ancienne tribune 3 en 1999. Il ne reste plus du stade d’origine que les deux tribunes latérales.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune 3, construite en 2001 et pouvant accueillir un peu moins de 3.000 personnes. Le Bosuil peut accueillir à partir de ce moment-là environ 16.500 personnes.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

 

Bosuilstadion

Bosuilstadion

L’antique tribune principale de 1923.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

 

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le bloc E, dévolu aux visiteurs. Cette partie de la tribune principale sera rénové une première fois en 2014 mais ne sera pas utilisée.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le bloc E rénové et jamais mis en service, pour ensuite être remplacé par une structure métallique en 2015 pour finalement être démoli en 2016.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Façade de la tribune principale.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

L’immense tribune 2.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

D’une capacité comprise entre 11.000 et 13.000 places, c’est là que se retrouvent les plus fervents supporters de l’Antwerp.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La structure interne complexe de la tribune 2.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le tunnel central datant de 1923.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Façade arrière de la tribune 2.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Début des travaux de rénovation de la tribune 1 en 2015. La toiture sera rénovée tandis que les vieux gradins en béton usés par le temps seront démolis.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La tribune principale fraichement rénovée.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

On croyait à l’époque que cette vénérable construction resterait debout encore longtemps...

Bosuilstadion

Bosuilstadion

En 2016, démolition totale de l’antique tribune 1.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

La nouvelle tribune ultramoderne.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Le Bosuil est désormais un stade moderne quelconque.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Heureusement, l’Antwerp conserve ses traditions, à défaut de garder son foyer.

Bosuilstadion

Bosuilstadion

Place au modernisme...

5

avril 2015

Retour


Note

  • Cet article provient de mon ancien site foothisto.be et a été publié le 5 avril 2015.
    Il a été quelque peu modifié et actualisé dernièrement.
  • Les images appartiennent à leurs auteurs respectifs.

Commentaires • Comments

Pas encore de commentaire.
No comment yet.

1000