COVID-19 & déconfinement

12
mai 2020

Petites réflexions sur les gens et le déconfinement. Tout cela est très rassurant et réjouissant...
J’étais déjà pas mal misanthrope dans le passé. Mais avec tout ce qui va suivre dans ce petit texte, ma conviction n’en sortira que renforcée.

Pandémie coronavirus

Niveau 0

La crise actuelle nous aura révélé quelques faits, dont beaucoup d’entre-nous redoutions l’existence mais qui ne peuvent plus être réfutés avec les évènements en cours.
Un déconfinement progressif a été ordonné et qu’avons-nous pu observer ? Une comparaison entre deux images vaut mieux qu’un long discours.

Les gens au magasin Abattoir

Les gens au magasin vs. les bœufs à l’abattoir
© SudPresse / © Calais Avant-hier

Que voyons-nous comme différence ? Oui, il y a bien la distanciation physique qui est plus ou moins appliquée mais c’est tout.
Pourquoi tous ces gens se sont rendus en masse dans des fast-foods ou les magasins ne vendant rien d’essentiel dès qu’ils ont rouvert ? Personne ne le sait vraiment, et certainement pas eux. Il y ont été parce que pendant tout le temps du confinement strict, ils ne pouvaient s’y rendre. Avaient-ils vraiment besoin d’y aller ? Non.
Ces personnes ont été formatées sans s’en rendre compte pour consommer à outrance, sans réfléchir.
Tels les bovidés que l’on conduit gentiment à l’abattoir, ces gens se sont précipités au fast-food ou au magasin parce que l’on leur a matraqué à la télé que ces enseignes allaient rouvrir.
La frénésie pathétique du PQ annonçait déjà la couleur.

Autre point de consternation : le prix des masques vendus en grand surface.
Plus de 5€ pour UN masque. 5,35 € ! Dès qu’ils ont été mis en vente, rupture de stock. Le prix de vente aurait pu être de 10, 15 voire 20 € l’unité, le résultat aurait été le même. Pourtant, il y a moyen de se procurer des masques en tissu gratuitement et assez facilement. Mais non, les cons se sont jetés sur des masques à usage limité et à un prix scandaleux parce que les médias leur ont dit qu’ils étaient disponibles en magasin.
Et évidement, personne ne se pose la question de savoir d’où viennent subitement tous ces masques. Quelques temps auparavant, ils n’existaient soi-disant pas. Bien-sûr...


Bon sens commun & tocards politiques

Autre point assez effrayant : le bon sens commun. Ou plutôt son absence.
Déjà au temps du confinement strict, il y avait une frange de la population qui ne pigeait pas qu’il fallait rester chez soi. Ces débiles se croyaient invincible et de toute façon « le virus, c’est pour les autres ! ». Oui...
Que ces cons se fassent infecter ne me chagrine pas plus que ça, mais qu’en même temps ils risquent de contaminer d’autres personnes qui n’ont rien demandé, là, NON !
Ce ne sont pas les amendes de 250 € qui ont pu les empêcher de déconner. Il fallait bien plus que cela mais nos tocards de politiciens n’ont fait qu’édicter quelques directives embrouillées.

Déconfinement

Bon résumé

En parlant de politiciens, où sont les responsables d’antan ? Vous savez, ceux qui étaient de vrais leaders en cas de problème, ces personnages sur qui nous pouvions compter en cas de coup dur. Ces personnages qui faisaient passer le bien-être collectif avant toute autre considération. Ils n’existent plus. Comparons nos cons politiciens actuels avec ceux du passé. Et comparons aussi l’efficacité des 9 ministres belges de la santé. Oui, NEUF ! Stupidité sans fond...
Autre exploit de nos édiles : des informations et des directives qui partent dans tous les sens. Dans le genre pas claires et confuses, les informations données par nos responsables en disent long sur leurs compétences. Les multiples commandes de masques perdus ou non-conformes ne fait que rejouter également une ligne à leur palmarès bien peu reluisant. Vont-ils perdre leur place si grassement payée ? Non. Par contre, une fois la crise sanitaire passée, ils ne vont pas se priver pour faire payer ceux qui se sont battus tous les jours face à la maladie. Faite-moi confiance, cela va arriver. Lentement et sournoisement, mais surement. Comme toujours.

Conseil National de Sécurité de Belgique

Le Conseil National de Sécurité de Belgique, les nuisibles par excellence
© Isopix


Le grand changement ?

Quand je sors de chez moi, j’observe toujours ceux qui m’entourent. Pas par voyeurisme malsain, je le fais instinctivement, c’est ainsi.
Depuis ce lundi 11 mai 2020, le monde s’est réapproprié peu à peu l’espace public. Certains respectent la distanciation physique et portent un masque, d’autres, non. Il fallait s’y attendre.
Ainsi, en me rendant au bureau de poste près de chez moi, je tombe sur un groupe de jeunes squattant des bancs. Etaient-ils heureux de se retrouver enfin entre amis après plus d’un mois de confinement ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est qu’ils avaient toutes et tous la tête vissée sur leur smartphone et aucun d’entre eux ne m’a vu les observer pendant deux bonnes minutes. Je n’ai pourtant pas une stature très discrète.
Ce fait anodin montre que tout reprendra exactement comme avant. Malheureusement...

Les gens vs. smartphones

Petit jeu : trouvez les différences entre l’avant et l’après confinement

Connerie humaine

A gauche : une rue abandonnée pendant le confinement
A droite : un parking après le confinement
A quoi bon ?


Conclusion désabusée

A ceux qui espéraient un changement de mentalité grâce à la crise actuelle, votre prochaine déception ne sera que plus grande.
Les gens ne changeront plus parce qu’ils n’ont pas la volonté de changer. Ils se croient heureux dans leur petite vie de consommateurs et ne se rendent pas compte qu’ils ne sont que de la chair à canon et des vaches à lait. Tant pis pour eux.
Et à ceux qui veulent du changement, bon courage ! Vous vous battrez contre le vent.

Sur ce, allez tous vous faire enculer et je vous souhaite une bonne journée

Médecin-expert

Conclusion de notre médecin-expert : les gens sont trop cons, qu'ils crèvent !



Commentaires

Pas encore de commentaire.
No comment yet.

2500