Urbex & photographie

Sommaire

Pourquoi l'urbex ?

Armé de mon appareil photo, je parcours le pays inlassablement pour dénicher les petits trucs intéressants et les grandes choses qui m'attirent.
Et pourtant, au départ, je ne m’intéressais pas plus que cela à la photographie. J’accompagnais régulièrement un ami fan d’aviation lors de ses shootings un peu partout dans le pays, et ce, depuis le début de ce siècle.
Petit à petit, je me suis rendu compte que j’aimais cela.

Souriez ! Quant à l’exploration urbaine, je l’ai commencée - mais sans le savoir - au début des années 90.
Visitant châteaux oubliés, égouts et usines désaffectées, j’avais déjà une attirance pour les lieux délaissés. Malheureusement, à cette époque, les appareils photos numériques n’existaient pas et je n’ai donc gardé aucune trace de ces visites, mis à part mes souvenirs...
Puis, la flamme de l’exploration s’est éteinte avec la disparition des lieux visités.
Jusqu’au jour où elle s’est ravivée, en 2004, quand je suis tombé par hasard sur un site web américain d’exploration urbaine. Mais je n’étais que spectateur.
Ce n’est que fin 2011 que je suis revenu définitivement dans les friches et autres lieux oubliés.
Une passion de près de 30 ans n’est pas prête de s’éteindre.

Outre les sensations uniques que me procure l’exploration urbaine, cette activité me permet aussi de garder un souvenir d’un patrimoine (artistique, culturel ou industriel) que la modernité s’efforce de faire disparaitre, ou dans le cas des visites de châteaux ou maisons, d’immortaliser des traditions ou un certain art de vivre que les générations présentes et futures ne connaitront jamais.
Je n’aime pas la tournure que prend notre société, et l’urbex me permet de replonger le temps de la visite dans une époque révolue.

Pour finir et par soucis de préservation, je ne distribue pas d’adresse. Inutile donc d'en quémander.

Bonne voyure.




Post-scriptum
Pour les inconscients qui voudraient s’initier à l’art de l’urbex (ou ceux qui ont déjà commencé mais qui sont mauvais dans la discipline, c’est-à-dire beaucoup de monde), j’offre gracieusement un guide de l'urbex absolument indispensable
Grâce à ce guide, vous pourrez peut-être approcher de mon niveau. Mais juste vous en approcher, faut pas rêver !

Les dangers de l'exploration urbaine

 N'emmenez pas votre famille dans des endroits abandonnés !
L’urbex n’est pas un loisir anodin, on ne part en exploration comme on va à Ikea ou à Disneyland.
Cela sort peut-être des traditionnelles sorties du dimanche mais les risques y sont nombreux.

 Des accidents mortels s'y sont déjà produits !

En dehors de la probabilité de rencontre avec les forces de l'ordre ou, bien pire, d’individus très peu recommandables, nos visites se déroulent presque toujours dans des endroits rongés par l’humidité et la rouille.
En plus du risque physique (chute, blessures, traversée d’étage, effondrements, etc.), le risque sanitaire ne doit pas être pris à la légère (tétanos, émanations toxiques, amiante, champignons, etc.).
Bien que cela puisse paraitre un peu présomptueux, les risques que nous prenons sont calculés. Si l’entreprise semble trop dangereuse, nous renonçons.

 Soyez intelligents.
Contentez-vous des photos que nous mettons à votre disposition.


For the page in English, click here


Administratif, carcéral & militaire

L’Etat a toujours été un exemple dans la gestion en bon père de famille des bâtiments administratifs. La preuve avec ses bâtiments oubliés.
Pour les deux autres catégories, par définition, nous retrouvons ici les lieux les plus surveillées et donc les plus inaccessibles.
Enfin, paraît-il... Bienvenue dans un monde que le commun des mortels n’aura jamais l’occasion de visiter (sauf s’il cherche les emmerdes !).


Châteaux

Petits ou grands, historiques ou non, les châteaux m’ont fasciné de tout temps.
C’est donc toujours avec le même plaisir que je vais me perdre dans ces lieux toujours majestueux.


Culture & loisirs

Pour certains, se détendre se résume à aller au théâtre. Pour d’autres, il s’agit de se resourcer dans un bordel. Enfin, quelques-uns préfèrent faire un peu de sport pour décompresser. Autant dire qu’il y a autant de loisirs que de personnalités.
Cette grande diversité se retrouve dans l’éclectisme des lieux visités.


Divers

Dans cette section, retrouvez ce qu’il est impossible de classer ailleurs.


Education

Quand l’on voit le niveau effrayant de notre enseignement et la multiplication des écoles abandonnées, il y a de quoi se poser des questions.
Questions que notre beau monde politique ne se pose évidemment pas.


HORECA

Souvent abandonnées tels quels après une faillite, les cafés, hôtels ou restaurants sont des endroits uniques.
Si l’abandon n’est pas trop ancien, on peut ainsi y retrouver tout le matériel mais aussi, parfois, des denrées alimentaires de première fraîcheur.


Industriel

Symboles éclatants du déclin du Vieux Continent, les vieilles industries abandonnées l’ont été au profit des pays dits émergents.
Au lieu de fabriquer nos produits ici, ils le sont désormais de l’autre côté du monde avant d’arriver chez nous. Logique, n’est-ce-pas ?


Médical

Ces lieux, pour la plupart d’entre nous, nous y naissons, puis nous y mourons.
Entre deux, la plupart d’entre vous me cassent bien les couilles. C’est ainsi que j’aimerais tant envoyer pas mal de monde dans ces endroits très joyeux.


Religieux

Est-ce le signe de la disparition d’une certaine culture ? En tous cas, la fermeture d’églises semble s’accélérer au fil du temps. Même si cela représente du pain béni pour les explorateurs, la perte de ce patrimoine propre à nos régions représente une fameuse perte...
Mais qui cela peut-il bien encore intéresser ?


Résidentiel

Si déambuler dans un site industriel ou un édifice religieux abandonnés ne me gêne absolument pas, entrer et visiter une maison oubliée me procure des sensations étranges. Ainsi, quand tout est encore en place, j’ai l’impression de pénétrer l’intimité des anciens habitants.
Même si l’abandon date parfois de quelques décennies, cette impression persiste à chaque visite. Une maison n’est pas un lieu public.


Transports

Que ce soit par route, par rail, par les airs ou par voie d’eau, l’humain s’est toujours senti obligé de déplacer sa carcasse d’un point A à un point B.
Et pour se faire, il a construit une multitude d’infrastructures et de véhicules, dont plusieurs sont maintenant oubliés.


Photographie

Mes autres séries de photos allant du tourisme le plus basique aux trucs les plus improbables.
Il y a vraiment un peu de tout, et ce dans un cadre un peu plus conventionnel que l'exploration urbaine.